SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Ciblage d’une base de la coalition internationale dans le nord-est de la Syrie

La coalition internationale dirigée par Washington a annoncé qu’une base de ses forces a été visée dans le nord-est de la Syrie par huit roquettes, accusant des groupes fidèles à l’Iran d’être à l’origine de ce bombardement.

La coalition a indiqué mercredi dans un communiqué que les forces de la coalition ont été visées ce matin par huit roquettes tirées sur la base « Green Village », qui abrite des conseillers de la coalition dans les zones d’influence des forces kurdes dans le nord-est de la Syrie.

L’attaque n’a fait aucune victime, mais un certain nombre d’obus ont atterri à l’intérieur de la base et ont causé des « dégâts mineurs », selon la coalition, qui a indiqué avoir lancé six obus d’artillerie avec les « Forces démocratiques syriennes » en direction de la source des tirs dans les environs de la zone d’Al-Mayadin dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, dans l’est du pays.

La coalition, selon la version arabe de son communiqué, a accusé « les parties malveillantes soutenues par l’Iran de tirer les roquettes. »

« Notre coalition continue de voir des menaces contre nos forces en Irak et en Syrie de la part d’un groupe de milices soutenues par l’Iran », a déclaré le commandant des forces de la coalition, le général de division John Brennan, selon le communiqué, ajoutant que « ces groupes tentent de nous détourner sérieusement de la mission commune de notre coalition qui consiste à fournir des conseils, une assistance et des moyens aux forces partenaires afin de poursuivre la défaite permanente d’ISIS. »

Ces attaques, précédées de celles visant des bases américaines en Irak au cours des deux derniers jours, interviennent au moment où l’Iran et ses alliés dans la région commémorent le deuxième anniversaire de l’assassinat du commandant de la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution iraniens, Qassem Suleimani, et du chef adjoint des Forces de mobilisation populaire irakiennes, Abu Mahdi Al-Muhandis, dans une frappe américaine près de l’aéroport de Bagdad.

    la source :
  • AFP