SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2022, Tuesday |

Comment la délégation de l’UE a-t-elle évalué le processus électoral du 15 mai ?

Le chef de la mission d’observation électorale de l’Union européenne au Liban, Jorge Holvini, a déclaré dans une déclaration à l’occasion de la présentation par la délégation de la déclaration initiale de la mission lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui à Beyrouth, que « les organes électoraux ont organisé les élections législatives du mois de mai 15, même si les préparatifs ont été affectés par des ressources financières et une humanité limitée », expliquant que « le jour du scrutin, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne a déployé 167 observateurs dans toutes les petites circonscriptions du pays. La mission d’observation électorale de l’Union européenne s’est rendue dans 658 bureaux de vote ».

Il a souligné que « l’atmosphère accompagnant le processus électoral était généralement calme, mais des cas de tensions locales ont été enregistrés. Souvent, le personnel des bureaux de vote qui n’a pas reçu une formation adéquate n’a pas été en mesure d’empêcher les représentants des candidats d’interférer, et ainsi le secret du vote n’a pas toujours été garanti.

Le rapport initial de la mission indiquait que « des pratiques à grande échelle d’achat de voix et de clientélisme ont éclipsé ces élections, déformé le principe d’égalité des chances et affecté de manière significative les choix des électeurs ».

Les campagnes électorales ont été pleines d’enthousiasme, mais elles ont été entachées de divers cas d’intimidation, et certains de ces cas ont eu lieu dans et autour des bureaux de vote et sur les réseaux sociaux.

Et il y a eu quelques cas d’obstruction des campagnes électorales, et l’espace disponible sur Internet a également été déformé par la propagation de la manipulation. Le cadre juridique qui réglemente le financement des campagnes électorales a été entaché de graves lacunes en termes de transparence et de responsabilité. Et les médias n’ont pas assuré l’égalité d’apparition des candidats et n’ont pas assuré une couverture équilibrée, même s’il y a eu respect de la liberté d’expression en général.

L’Union européenne a affirmé qu’elle est « prête à coopérer avec la nouvelle Chambre des représentants et avec le nouveau gouvernement dans le sens de la mise en œuvre des réformes nécessaires de toute urgence ».

Les réformes politiques et économiques La structure dont le Liban a besoin pour faire face à la crise économique et sociale, éradiquer la corruption endémique et sortir de l’impasse politique ne peut être reportée. Il a ajouté : « À cette fin, je voudrais exhorter toutes les forces politiques du nouveau parlement à se concentrer sur les intérêts et les aspirations du peuple libanais, plutôt que de rechercher des gains politiques à court terme.

Le rapport indique que « à l’invitation du ministère de l’Intérieur et des Municipalités, la délégation de l’Union européenne est présente au Liban depuis le 27 mars 2022 et restera dans le pays afin de suivre les étapes restantes du processus électoral, et il publiera au cours des prochaines semaines un rapport public final contenant des recommandations concernant d’éventuelles réformes pour les prochains processus électoraux du pays.