SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 6 December 2021, Monday |

Conditions russes pour la reprise des pourparlers sur la crise ukrainienne

Le ministre russe des Affaires étrangères, Serguey Lavrov, a déclaré que les réunions au « format Normandie » n’auraient pas lieu tant que Kiev n’aurait pas mis en œuvre toutes les dispositions des accords de Minsk pour régler le conflit dans le sud-est de l’Ukraine.

Lavrov a fait ces remarques jeudi après une réunion élargie du ministère russe des Affaires étrangères en présence du président Vladimir Poutine.

« Nous ne participerons aux réunions que lorsque nous serons informés que Kiev met en œuvre tout ce qui a été inclus dans les résolutions précédentes », a déclaré Lavrov. Cela inclut, avant tout, la détermination du statut spécial de la région du Donbass et la stabilisation de cette situation dans la Constitution ukrainienne, dans laquelle une partie de sa décentralisation doit être incluse, comme indiqué dans les accords de Minsk.

« Cela inclut également une amnistie inconditionnelle et, bien sûr, les élections se tiennent conformément aux règles convenues entre Kiev, Donetsk et Lougansk sur la base des principes de l’OSCE. »

« Après cela, l’Ukraine aura le contrôle total de la frontière avec la Russie, qui est actuellement hors du contrôle de Kiev », a déclaré Lavrov.

Lavrov a noté que l’Occident ne veut pas de dialogue sur la base de la rosée et poursuit la série de provocations, soulignant que les pays occidentaux doivent être conscients de la gravité de la situation.

Lavrov a décrit les déclarations des pays occidentaux sur la situation en mer Noire comme « drôles et dangereuses » en même temps, notant que Kiev cherchait une action provocatrice dans la région de la mer Noire pour se présenter comme une « victime de l’agression russe ».

Lavrov a souligné que la correspondance de Moscou avec ses homologues Français et allemands reflète clairement l’essence de la politique de Kiev d’obstruction à la mise en œuvre des accords de Minsk.

Plus tôt, le ministère russe des Affaires étrangères a révélé le contenu de la correspondance entre Lavrov et ses homologues Français et allemands, afin d’éviter de déformer la position de Moscou sur la rencontre des diplomates au sein du « Quatuor normand ».