SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Confusion à l’ONU: L’Afrique du Sud évite de critiquer la Russie

La France et le Mexique tentent de faire pression sur les États membres de l’ONU pour qu’ils incluent l’invasion russe dans une résolution sur la détérioration de la situation humanitaire en Ukraine.

L’Afrique du Sud rejette toutefois cette approche, affirmant que l’inclusion de questions politiques pourrait entraver l’unanimité sur la question de l’assistance aux civils.

Le projet de résolution franco-mexicain devrait être voté plus tard cette semaine à l’Assemblée générale des Nations Unies, qui compte 193 pays, afin que l’organisation mondiale appelle la Russie à cesser son offensive militaire en Ukraine et à retirer toutes ses troupes de là-bas.

Le projet appelle également à la protection de tous les civils et des infrastructures indispensables à leur survie.

Le projet de résolution, obtenu lundi par l’Associated Press, indique que « les conséquences humanitaires désastreuses de l’agression russe en Ukraine n’ont pas été vues par la communauté internationale en Europe depuis des décennies ».

Le projet faisait également référence aux bombardements russes, aux frappes aériennes et au siège de villes densément peuplées par les forces de Moscou, y compris la ville de Marioupol, dans le sud de l’Ukraine.

Un projet de résolution rival, distribué lundi soir par l’Afrique du Sud, ne mentionne pas explicitement la Russie.

Au lieu de cela, le projet appelle à une « cessation immédiate des hostilités » dans le cadre d’une première étape vers l’amélioration de la situation humanitaire.

La résolution parle également de « toutes les parties » et encourage « le dialogue politique, les négociations, la médiation et d’autres moyens pacifiques visant à parvenir à une paix durable ».

Le projet de résolution sud-africain proposé reconnaît « l’indépendance des objectifs humanitaires par rapport aux objectifs politiques, économiques, militaires ou autres que tout acteur peut avoir en ce qui concerne les zones où des opérations humanitaires sont menées ».

Il prévoit également « la protection des civils et des infrastructures civiles qui est essentielle pour permettre la fourniture de services de base dans les conflits armés ».

La France et le Mexique ont décidé de rechercher une solution humanitaire à l’Assemblée générale après avoir négocié une résolution similaire faisant référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie au Conseil de sécurité, la Russie ayant clairement indiqué qu’elle opposerait son veto à la mesure.

Contrairement au Conseil de sécurité, il n’y a pas de droit de veto à l’Assemblée générale.

Toutefois, les résolutions de l’Assemblée ne sont pas juridiquement contraignantes comme celles du Conseil de sécurité, bien qu’elles aient une incidence sur l’expression de l’opinion mondiale.

    la source :
  • Alhurra