SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 October 2022, Saturday |

Consensus occidental : Moscou essaie de tromper le monde

Aujourd’hui, vendredi, une session d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies sur les armes biologiques en Ukraine a été lancée, à la demande de la Russie.

La session porte sur les accusations portées par Moscou à l’encontre du gouvernement de Kiev, selon lesquelles celui-ci gère en Ukraine des laboratoires en coopération avec Washington dans le but de produire des armes biologiques, ce que Kiev et Washington ont démenti.

Dans ce contexte, la représentante des Etats-Unis au Conseil de sécurité de l’ONU a nié la possession par l’Ukraine de tout laboratoire biologique soutenu par Washington, exprimant la préoccupation de son pays quant à l’utilisation par la Russie d’armes chimiques ou biologiques en Ukraine.

Tandis que le représentant français au Conseil de sécurité a estimé que « la Russie tente de tromper le monde avec des mensonges sur la situation en Ukraine. »

Quant à la représentante du Royaume-Uni, elle a déclaré, lors de son intervention au Conseil de sécurité, que « les rapports russes sur les armes biologiques en Ukraine sont des mensonges », ajoutant : « La Russie a présenté une série de théories de conspiration sans fondement, et a continué : La Russie a violé ses obligations en vertu de la Charte des Nations unies. »

Et elle a ajouté : « Nous ne permettons pas à la Russie d’utiliser son siège permanent au Conseil de sécurité pour répandre des mensonges. »

À son tour, le représentant de l’Albanie au Conseil de sécurité a déclaré : « Les allégations russes sont trompeuses et font partie de la guerre de l’information. »

Dans ce contexte, la secrétaire générale adjointe aux affaires politiques, Rosemary DiCarlo, a déclaré dans son discours lors de la session, que « les forces russes continuent d’assiéger de nombreuses villes ukrainiennes. »

Et elle a poursuivi, « Il y a un grand nombre de morts et de blessés civils en Ukraine, et il est difficile d’obtenir des informations sur le nombre de victimes en Ukraine. »

Elle a ajouté : « Les forces russes ont utilisé des bombes à fragmentation contre des civils en Ukraine, et toutes les violations des droits de l’homme en Ukraine devraient faire l’objet d’une enquête et les responsables de ces violations devraient être poursuivis. »

Elle a souligné « la nécessité d’arrêter les combats en Ukraine pour permettre l’évacuation des civils et l’entrée de l’aide humanitaire. »