SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Couvre-feu en Guinée et une réunion fatidique des putschistes aujourd’hui.

Les officiers des forces spéciales qui ont pris le pouvoir en Guinée ont déclaré dans un communiqué diffusé à la télévision nationale qu’une réunion des ministres du gouvernement du président démis de fonctions Alpha Cononde et d’autres hauts responsables se tiendrait lundi matin dans la capitale Conakry.

Les officiers des forces spéciales qui avaient pris le pouvoir en Guinée avaient imposé un couvre-feu dans tout le pays et remplacé les gouverneurs régionaux par des responsables militaires.

Cela intervient quelques heures après que des officiers des forces spéciales guinéennes ont annoncé l’arrestation du président Condé et le contrôle de la capitale Conakry, ainsi que la « dissolution » des institutions de l’État dans un coup d’État qui pourrait menacer la fin du rôle d’un vétéran politique africain de plus en plus isolé.

Les officiers ont déclaré qu’une réunion des ministres du gouvernement se tiendrait dans la capitale Conakry, et le groupe d’officiers a ajouté que « tout refus d’y assister serait considéré comme une rébellion » contre le conseil mis en place par le coup d’État pour gouverner le pays.

« Le couvre-feu commence à partir de 20h00 sur tout le territoire national jusqu’à nouvel ordre », a déclaré le groupe, mais a invité le personnel à venir travailler lundi.
Les officiers ont exhorté « toutes les unités (militaires) à l’intérieur à rester calmes et à éviter les mouvements vers Conakry ».

Ils ont également déclaré vouloir « rassurer la communauté nationale et internationale sur le fait que l’intégrité physique et morale de l’ancien président n’est pas en danger. Nous avons pris toutes les mesures pour qu’il ait accès aux soins de santé. »

Aucune victime n’a été signalée dimanche lors du coup d’État, malgré de lourds tirs de mitrailleuses entendus dans la matinée dans la capitale du pays, habituée à de violents affrontements politiques. La fin de plus de 10 ans de condé semble avoir déclenché des scènes de joie dans divers quartiers de la capitale.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a condamné « fermement » « toute prise du pouvoir par la force des armes » en Guinée dans un tweet dimanche. Il a appelé à la « libération immédiate du président Alpha Condé », ajoutant qu’il « surveillait de près » la situation dans le pays.

« Après l’arrestation du président, qui est maintenant entre nos mains, nous avons décidé de dissoudre la constitution en vigueur, de dissoudre les institutions et aussi de résoudre le gouvernement et de fermer les frontières terrestres et aériennes », a déclaré le commandant des forces spéciales, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ainsi que le coup d’État en uniformes militaires et portant des armes, dans une vidéo adressée à un correspondant de l’AFP.

Dénonçant la « mauvaise gestion », il a promis de lancer « des consultations nationales pour entamer une transition inclusive et tranquille » dans un appel à la télévision nationale, qui a coupé ses programmes réguliers.

Le coup d’État a diffusé une vidéo du président Condé en train d’être arrêté, tandis que Condé, assis sur un canapé vêtu d’un jean et d’une chemise, a refusé de répondre lorsqu’on lui a demandé s’il avait été maltraité.

« Nous contrôlons tout Conakry et nous sommes avec toutes les forces de défense et de sécurité pour enfin mettre fin au mal guinéen », a déclaré le lieutenant-colonel Doumbouya, qui n’est pas encore connu, à la télévision France-24.

Paris a condamné dimanche soir une « tentative de prise du pouvoir par la force » en Guinée, appelant à la « libération immédiate et inconditionnelle du président (Alpha) Condé », selon un communiqué publié par le ministère Français des Affaires étrangères.

Paris « se joint à l’appel de la CEDEAO à condamner la tentative de prise du pouvoir par la force » dimanche et « à exiger un retour à l’ordre constitutionnel », indique le communiqué.

 

    la source :
  • alarabiya