SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 May 2022, Tuesday |

Craintes de la déclaration de guerre par Poutine le jour de la Victoire

À l’approche du « Jour de la Victoire » de la Russie, le 9 mai, qui marque la victoire de l’Union soviétique sur l’Allemagne nazie, les craintes se multiplient quant aux objectifs du président Poutine en Ukraine, rapporte le New York Times.

Le journal a poursuivi : « Alors que la Russie a infligé la mort et la destruction à travers l’Ukraine et a fait quelques progrès dans l’est et le sud au cours des 10 dernières semaines, la résistance ukrainienne, l’armement lourd de l’Occident et l’incompétence militaire russe ont empêché Poutine de remporter la victoire rapide qu’il attendait. »

Et il a ajouté : « Aujourd’hui, alors que la Russie est au bord de l’effondrement en raison d’un embargo pétrolier imminent de l’Union européenne, et que le jour de la Victoire n’est que dans quatre jours, Poutine pourrait voir la nécessité de secouer l’Occident avec une nouvelle escalade, alors que l’inquiétude grandit de voir Poutine utiliser l’événement pour s’attaquer aux ennemis de la Russie perçus et étendre le conflit. »

En outre, le journal a continué : « En référence à ces préoccupations, le ministre britannique de la Défense Ben Wallace a prévu la semaine dernière que Poutine profiterait de l’occasion pour redéfinir ce que le président russe a appelé une (opération militaire spéciale) en une (guerre), appelant à une mobilisation générale du peuple russe. Les analystes russes ont indiqué que l’annonce de la conscription militaire pourrait provoquer de violentes réactions locales. »

Et le journal a vu qu’une telle déclaration constituerait un nouveau défi pour l’Ukraine déchirée par la guerre, ainsi que pour Washington et ses alliés de l’OTAN qui tentent de faire face à l’agression russe sans s’impliquer directement dans le conflit.

Dans ce contexte, le journal cite des analystes qui affirment qu’une déclaration de mobilisation massive ou de guerre totale pourrait s’avérer impopulaire auprès des Russes, mais ils s’attendent à ce que Poutine choisisse « l’option la plus sûre » et qualifient les terres déjà prises par la Russie dans la région de Donbas, dans l’est de l’Ukraine, comme une « victoire initiale ».

Le New York Times a conclu son analyse en disant : « Mais la mobilisation de masse – qui inclurait probablement la conscription militaire et l’interdiction pour les hommes russes en âge de combattre de quitter le pays – pourrait transmettre la réalité de la guerre à une plus grande partie de la société russe, provoquant des troubles. »