SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 26 October 2021, Tuesday |

Dans le contexte des « Pandora Papers », l’opposition au Chili cherche à destituer le président du pays

L’opposition chilienne cherche à destituer le président Sebastian Piñera après que les « Pandora Papers » ont révélé qu’il avait vendu une société minière par l’intermédiaire d’une société appartenant à ses enfants.

Le député chilien Tomás Hirsch a déclaré lors de l’inculpation de Piñera à la Chambre des représentants, première étape d’un processus de destitution qui pourrait durer plusieurs semaines, que le président du pays avait utilisé sa « fonction pour des affaires personnelles ».

La semaine dernière, Marta Herrera, chef de l’unité anti-corruption au sein du bureau du procureur, a déclaré que « le paequet a décidé d’ouvrir une enquête pénale sur les faits liés aux « Pandora Papers » et liés à l’achat et à la vente de la société minière Dominga, liée à la famille du président Piñera », notant que « compte tenu de la gravité des faits en cours d’instruction », l’affaire sera traitée par un procureur régional.

Selon les « Pandora Papers », la société minière Minera Dominga a été vendue en 2010 à l’homme d’affaires Carlos Alberto Delano, un ami du président chilien, pour 152 millions de dollars, dans le cadre d’une transaction réalisée dans les îles Vierges britanniques.

La valeur de la transaction était censée être payée en trois versements, et elle comprend une clause controversée qui conditionne le paiement final au fait de « ne pas établir de réserve environnementale dans la zone de travail de l’entreprise minière, comme l’exigeaient les groupes environnementaux. »

Selon l’enquête, le gouvernement de Piñera, après avoir rejeté le projet d’une autre entreprise au nom de la Défense environnementale, n’a finalement pas établi de réserve dans la zone en question, où l’exploitation minière était censée avoir lieu, ce qui a permis le paiement du troisième versement.

    la source :
  • AFP