SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Dans les coulisses… Des pourparlers turco-israéliens sur une éventuelle alternative au gaz russe

La recherche d’une alternative au gaz russe se poursuit, coïncidant avec la poursuite de la guerre russe contre l’Ukraine, pour tenter de combler l’éventuelle pénurie, alors quoi de neuf?

Dans les derniers développements, des responsables turcs et israéliens ont révélé que les deux parties cherchaient dans les coulisses à construire un gazoduc comme l’une des alternatives européennes à l’approvisionnement énergétique russe, mais cette question se heurtera à de nombreux obstacles avant qu’un accord puisse être conclu, selon un rapport de Reuters.

Le champ du Léviathan d’Israël

L’idée est apparue pour la première fois il y a des années: Construire un gazoduc sous-marin reliant la Turquie au Léviathan, le plus grand gisement de gaz naturel d’Israël.

Le gaz est ensuite acheminé vers la Turquie et ses voisins du sud de l’Europe qui recherchent des alternatives énergétiques loin de la Russie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré dans une interview la semaine dernière que la coopération dans le domaine du gaz est « l’une des étapes les plus importantes que nous puissions franchir ensemble dans les relations bilatérales ».

Il a assuré aux journalistes qu’il était prêt à envoyer un certain nombre de hauts ministres en Israël pour relancer l’idée d’un pipeline qui existe depuis des années.

Des décisions concrètes

Un haut responsable turc a déclaré à Reuters que des pourparlers étaient en cours entre les deux parties depuis la visite du président israélien Yitzhak Herzog à Ankara au début du mois, et que les mois à venir pourraient voir des « décisions concrètes » sur le tracé proposé et les entités participantes.

Mais les responsables du secteur de l’énergie adoptent une approche conservatrice du projet, affirmant que les contraintes de production et géopolitiques sont des facteurs susceptibles d’empêcher le plan de voir le jour.

Une augmentation de la production de la ligne Leviathan

La ligne Léviathan fournit déjà du gaz à Israël, à la Jordanie et à l’Égypte. Les propriétaires du champ, à savoir la société américaine Chevron et les deux sociétés israéliennes, Numid Energy et Rachio Oil, entendent faire passer la production de 12 milliards de mètres cubes annuels à 21 milliards.

En comparaison, l’Union européenne a importé 155 milliards de mètres cubes de gaz russe l’année dernière, ce qui couvre environ 40 % de sa consommation.

Numid indique qu’une grande partie de la production de gaz supplémentaire sera liquéfiée et exportée par bateau vers l’Europe ou l’Extrême-Orient.

Et le PDG de la société a déclaré le mois dernier que la Turquie pourrait également devenir une destination, mais qu’elle devrait s’investir dans ce plan et s’engager à construire le pipeline.

Interrogés sur les pourparlers, les partenaires du Léviathan ont refusé de commenter.

La ministre israélienne de l’Énergie, Karen Al-Harr, a déclaré dimanche au site d’information Ynet que de nombreuses questions n’avaient pas encore été discutées, y compris des questions financières.

« Il (le projet) doit être économiquement faisable, et ce n’est pas acquis », a-t-elle ajouté.

    la source :
  • Reuters