SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2021, Friday |

Dbeibah: Nous entrons dans des élections dans lesquelles il n’y a pas de constitution

Le Premier ministre du gouvernement d’union nationale libyen, Abdelhamid Dbeibah, a estimé que « l’isolement politique » vise les composantes de la société, mettant en garde contre l’existence de « classes politiques conspirant » contre la décision du peuple libyen.

Dans des déclarations qu’il a faites lors d’une visite d’inspection dans la ville de Zuwara, dans l’ouest du pays, accompagné de son adjoint, Ramadan Boujnah, et d’un certain nombre de fonctionnaires, Dbeibah a indiqué que la prochaine loi électorale « a été taillée sur mesure pour certaines personnes afin de priver les citoyens du droit à l’autodétermination. »

Et il a ajouté : « Nous ne pouvons pas permettre que le destin du peuple soit altéré, et c’est vous qui décidez du destin de ce pays, et vous devez être unis. »

Aussi, il a poursuivi : « Nous entrons dans des élections dans lesquelles il n’y a pas de constitution », considérant que « l’isolement politique vise les composantes de la société. » Il a ajouté : « Je réalise la conspiration des classes politiques qui veulent contrôler les richesses et les idées des Libyens. »

Il a souligné que les Amazighs ont le droit d’ « exiger une constitution qui leur garantit tous les droits », et a ajouté : « J’ai donné mes instructions à l’Autorité de l’état civil pour vous permettre d’enregistrer les noms amazighs à condition qu’ils ne violent pas la loi islamique. »

Et hier, vendredi, des centaines de Libyens ont manifesté dans la capitale, Tripoli, et à Misurata, pour dénoncer la candidature de Saif Al-Islam Gaddafi, fils du dirigeant défunt Mouammar Gaddafi, et du maréchal Khalifa Haftar aux élections présidentielles.