SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

De nouvelles assurances à propos du « monkeypox »

Le PDG de « Pfizer » a annoncé qu’il « ne s’inquiéterait pas trop » de la récente épidémie de « monkeypox », qui a vu une augmentation des cas d’infection dans les pays non endémiques.

En marge du Forum économique mondial, Albert Burla a déclaré à CNBC que les données actuelles sur la maladie indiquent qu’elle ne se transmet pas aussi facilement que d’autres virus tels que le virus Corona, et qu’il est peu probable qu’elle conduise à une pandémie.

Il a ajouté : « Je n’ai pas toutes les informations devant moi, et avec tout ce que je sais, je ne m’inquiéterais pas trop. Cela ne signifie pas que nous devons nous détendre, et je pense que nous devons surveiller l’évolution de la situation.

Le monkeypox est une infection virale rare endémique d’Afrique centrale et occidentale. Il se transmet par contact étroit avec des personnes, des animaux ou des matériaux infectés par le virus, avec des symptômes tels qu’éruption cutanée, fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, gonflement et douleurs dorsales.

Alors que la plupart des cas sont bénins et disparaissent généralement en deux à quatre semaines, les experts de la santé ont été déconcertés par la récente augmentation des infections dans des pays sans antécédents de la maladie qui n’ont pas de liens de voyage vers des pays endémiques.

Borla a souligné que la disponibilité des traitements actuels est une raison d’être optimiste, et que les vaccins contre la variole se sont avérés efficaces à 85% contre le « monkeypox », et la France et le Danemark envisagent déjà des campagnes de vaccination ciblées pour les personnes les plus à risque de transmettre la maladie.

    la source :
  • Sputnik