SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

De nouvelles informations ont été révélées et Johnson porte la responsabilité

Les débats se poursuivent en Grande-Bretagne à propos des violations qui ont été enregistrées dans le pays lors de la fermeture générale pour contenir l’épidémie du virus Corona en juin de l’année 2020. Ces violations étaient connues par le scandale des soirées auxquelles participait le Premier ministre Boris Johnson.

Un rapport au cœur du gouvernement a déclaré que les travailleurs de « Downing Street » avaient organisé une célébration en juin 2020, au cours de laquelle un participant était malade et avait consommé d’énormes quantités d’alcool.

Ces incidents se sont produits lors d’une fête le 18 juin 2020, qui a commencé dans un bureau du gouvernement où la dernière personne de l’équipe est partie à 3 heures du matin le lendemain.

« La fête a duré plusieurs heures. Il y avait une consommation massive d’alcool chez certaines personnes. Une personne était malade », indique le rapport.

Dans ce contexte, le Premier ministre britannique Boris Johnson a confirmé qu’il portait la responsabilité des violations des règles d’isolement public liées à la pandémie de Covid-19 survenues dans son bureau de « Downing Street », et a corrigé une déclaration antérieure au Parlement selon laquelle les directives avaient été respectées. à tout moment.

« J’assume l’entière responsabilité de tout ce qui s’est passé en ma présence… J’ai été choqué par certains comportements », a-t-il déclaré aux législateurs, ajoutant qu’il n’était pas au courant des violations.

Il a ajouté : « Il ne semble pas que ma présence à ces moments, même pour une courte période, soit en violation des règles. Mais ce n’était clairement pas le cas pour certains de ces rassemblements après mon départ, et pour d’autres, je n’étais même pas dans le bâtiment à ce moment-là.

Il a réitéré ses excuses pour avoir assisté à un rassemblement de jour le jour de son anniversaire en juin 2020, pour lequel la police a infligé une amende.

    la source :
  • Reuters