SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Début de l’évacuation des citoyens arabes d’Ukraine

L’invasion russe de l’Ukraine n’a pas donné d’autre choix à la population ukrainienne ou à d’autres communautés que d’émigrer. Les premiers vols d’évacuation d’Ukraine pour les citoyens arabes du Maghreb et du Moyen-Orient ont eu lieu au sixième jour de l’attaque russe, qui a poussé des centaines de milliers de personnes à fuir ce pays.

Ils ont connu une expérience de fuite horrible, surtout après que l’Ukraine a fermé son espace aérien aux civils avec le lancement de l’opération militaire russe jeudi, les obligeant à se déplacer par voie terrestre vers des zones plus sûres.

Mardi, la Tunisie a commencé à évacuer ses ressortissants, alors qu’un avion militaire en provenance de Roumanie a atterri à l’aéroport de Tunisie-Carthage avec 106 étudiants à bord.

Le ministre des affaires étrangères a confirmé l’existence d’une coordination tunisienne avec les ambassades de Pologne et de Roumanie « pour achever l’évacuation de 480 autres personnes dont les noms ont été enregistrés et nous suivons avec précision leurs itinéraires d’arrivée en Pologne et en Roumanie. »

Un étudiant en ingénierie informatique de 24 ans, Ayman Badri, raconte ce qui s’est passé : « Nous avons vécu un cauchemar dans cet endroit… les circonstances de la guerre étaient exceptionnelles. »

Il y a environ 1 700 Tunisiens en Ukraine, dont 80 % sont des étudiants dans des universités d’ingénierie et de médecine.

Quant à Hamdi Bousaa, qui est passé du sud de l’Ukraine, où il résidait, à la Roumanie, il décrit ce qu’il a vécu comme une « aventure. »

« Le processus a été difficile et une grande aventure », a déclaré l’étudiant en ingénierie. « Nous avons connu des moments difficiles ».

Plus de 10 000 étudiants arabes sont inscrits dans les universités ukrainiennes, qui les attirent en raison du faible coût de la vie sur place.

En ce qui concerne le Maroc, dont environ 12 000 de ses ressortissants vivent en Ukraine, tandis que 8 000 sont des étudiants universitaires, les évacuations commenceront, dès mercredi, avec trois vols prévus à partir de Varsovie, Bucarest et Budapest.

Ils seront évacués en échange d’un paiement de 750 dirhams (environ 79 dollars) par personne pour le vol vers Casablanca.

L’Algérie et la Libye n’ont pas encore programmé de vols d’évacuation et s’efforcent de faciliter l’entrée de leurs ressortissants en Ukraine dans les pays voisins.

Dimanche, les autorités algériennes ont annoncé l’assassinat d’un de leurs ressortissants, âgé de 24 ans, à Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Du côté palestinien, le ministère des Affaires étrangères à Ramallah, en Cisjordanie occupée, a confirmé qu’il s’efforçait d’aider quelque 2 600 Palestiniens en Ukraine, dont environ 600 étudiants.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmad al-Dik, a déclaré à l’AFP que des dizaines d’étudiants avaient été évacués dimanche et que leur accès à la Roumanie et à la Pologne était sécurisé.

En Jordanie, une cellule de crise a été formée pour aider 3 500 Jordaniens résidant en Ukraine à quitter le pays. Le ministère des affaires étrangères a déclaré que 415 Jordaniens avaient réussi à s’échapper ces derniers jours.

Les forces russes ont commencé leur attaque contre l’Ukraine à l’aube jeudi, sur ordre du président Vladimir Poutine, dans un geste qui a fortement fait monter le niveau de tension entre Moscou et les parties occidentales dirigées par les États-Unis, l’OTAN, l’Union européenne et la Grande-Bretagne.

Les autorités ukrainiennes ont indiqué que plus de 350 civils ont été tués et 2 040 personnes ont été blessées depuis le début de l’attaque jeudi, soulignant que ses forces ont tué des « milliers » de soldats russes, notant que Moscou n’a pas annoncé de bilan officiel.