SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Déclarations contradictoires sur les négociations de Vienne

L’atmosphère entourant les pourparlers sur le nucléaire a évolué au cours des dernières heures et les déclarations restent contradictoires. Une source diplomatique européenne de haut rang a confirmé hier que la délégation iranienne avait accepté de négocier sur la base du dernier accord conclu entre les négociateurs en juin dernier (le sixième tour), en référence à la suppression des propositions iraniennes présenté la semaine dernière, mais le négociateur en chef iranien, Ali Bagheri Kani, a affirmé le contraire en parlant d’une « fausse atmosphère ».

Après sa rencontre avec le ministre autrichien des Affaires étrangères à Vienne vendredi soir, Bagheri a déclaré dans un tweet sur son compte Twitter que la création d’une fausse atmosphère en dehors de la salle de négociation n’affectera pas le sérieux des négociateurs.

Il a également estimé que « le comportement responsable de son pays a maintenu en vie l’accord nucléaire », selon son affirmation, ajoutant que « les rapports malhonnêtes provenant de l’extérieur de la salle de négociation n’adouciront pas la détermination de Téhéran à parvenir à un accord qui garantit ses droits et ses intérêts. » « Lors de ma rencontre avec le ministre autrichien des Affaires étrangères, j’ai souligné notre sérieux et notre bonne volontédans les pourparlers », a-t-il ajouté.

Les propositions de l’Iran

Ce qui a peut-être accru le conflit sur la question de savoir si les deux projets présentés précédemment par la délégation iranienne, et qui ont fait l’objet de critiques et de rejet de la part des Européens et des Américains, sont en cours de discussion ou non, c’est la confirmation d’une source iranienne, selon ce qui a été rapporté par l’agence de presse Fars, que les pays européens de la troïka sont revenus sur leurs positions et ont entamé des négociations sur la question de ces propositions.

Il a également affirmé que les parties occidentales « sont devenues contraintes par l’initiative de l’Iran et ont acquiescé en acceptant le fait accompli. »

Cette déclaration est intervenue après qu’Ali Bagheri Kani a confirmé plus tôt hier que son pays est attaché à la position qu’il a annoncée la semaine dernière lors de la rupture des pourparlers avec les responsables européens et américains, qui l’ont accusé de formuler de nouvelles exigences et de revenir sur les compromis obtenus au cours des six derniers rounds.

En réponse à une question visant à savoir si les nouvelles propositions présentées par l’Iran la semaine dernière faisaient l’objet de discussions, il a déclaré à Reuters : « Oui, les projets que nous avons proposés la semaine dernière sont discutés dans le cadre de réunions avec d’autres parties. »

7 ou 8 points bloqués

Une source européenne a indiqué que Téhéran avait apparemment accepté de poursuivre les pourparlers là où ils s’étaient arrêtés en juin.

Il a également précisé que le projet du 20 juin est le terrain d’action commun, notant que 7 ou 8 points sont encore en discussion dans le texte de juin, soulignant que ce texte est l’avenir de tout accord ici à Vienne.

Il convient de noter que la deuxième phase du septième cycle de négociations nucléaires a repris le 9 de ce mois, après une interruption de 5 jours, demandée par les pays occidentaux à des fins de consultation, après que la délégation iranienne a présenté des propositions que les Européens et les Américains ont décrites comme portant atteinte au principe de négociation, et portant un recul significatif par rapport à ce qui avait été convenu lors des cycles précédents.

    la source :
  • alarabiya