SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

Des chiffres choquants… Plus d’un tiers des Iraniens sont pauvres

L’Iran connaît des conditions catastrophiques dans tous les secteurs, en particulier dans les secteurs de l’économie et de la santé, alors que la pauvreté et le chômage ont augmenté dans le pays.

Le chef du Comité de secours en Iran, Morteza Bakhtiari, a annoncé que le seuil de pauvreté a atteint 10 millions de tomans, notant que plus de 33% de la population du pays est en dessous du seuil de pauvreté multidimensionnelle.

Bakhtiari a déclaré dans des déclarations à la presse que le nombre de la population vivant sous le seuil de pauvreté absolue est passé à 15% entre 2013 et 2017, mais a augmenté à 30% entre 2017 et 2019.

Il a également noté que le taux annuel d’extrême pauvreté a été multiplié par plus de 27 entre 2001 et 2019.

Il convient de noter que le chef de l’Institut supérieur de recherche sur la sécurité sociale, « Rouzbeh Kardouni », avait annoncé dans des déclarations similaires il y a environ un mois que le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté absolue avait doublé en Iran et avait augmenté de 30 %.

Il a annoncé qu’un rapport sur l’état de la pauvreté et des inégalités en Iran au cours des deux dernières décennies avait été préparé et soumis aux principaux centres de décision du pays, ainsi qu’aux professeurs d’université et aux séminaires.

De même, le Centre de recherche du Parlement a annoncé que 23 à 40 % de la population iranienne est entrée dans le seuil de pauvreté en 2017.

Il convient de noter que ces statistiques concernent la période précédant l’apparition de Corona dans le pays, alors que les autorités ont annoncé que plus d’un million de personnes ont perdu leur emploi depuis l’apparition du virus.

Malgré la pauvreté qui sévit en Iran, les autorités dépensent d’énormes sommes d’argent pour développer des capacités militaires, soutenir leurs milices avec des armes et des équipements en dehors du pays, en Irak, au Liban et au Yémen, et menacer la sécurité de la région.

Il convient de noter que la crise de la pauvreté multidimensionnelle réside dans le fait qu’il s’agit d’une pauvreté financière accompagnée d’un manque de santé publique et d’éducation, ce qui complique les initiatives et les plans pour se sortir de ses griffes, et augmente les défis pour les gouvernements, ce qui a fait que les Nations Unies l’ont fixé comme premier objectif dans les plans de développement durable 2030 en raison de son danger pour l’avenir du développement dans le monde.