SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

Des contacts turcs avec la Finlande et la Suède… La position d’Erdogan va-t-elle s’assouplir ?

La Finlande et la Suède, soutenues par les pays occidentaux, cherchent toujours à assouplir la position turque sur leur adhésion à l’OTAN. Après que les deux pays européens ont officiellement déposé une demande d’adhésion, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’y est opposé, accusant les deux pays de soutenir des groupes terroristes qui menacent son pays.

Dans un contexte d’assouplissement des positions, le président finlandais Sauli Niinistö a annoncé aujourd’hui, samedi, qu’il avait eu des entretiens « francs et directs » avec Erdogan pour discuter de la candidature de la Finlande à l’adhésion à l’OTAN.

« J’ai clairement indiqué que les alliés de l’OTAN, la Finlande et la Turquie, seront attachés à la sécurité de l’autre, de sorte que notre relation se renforcera encore », a écrit Niinistö sur Twitter après l’appel.

« La Finlande condamne le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations. Nous poursuivons le dialogue étroit ».

Quant à la Suède, l’agence turque Anadolu a rapporté qu’Erdogan avait déclaré samedi à la Première ministre suédoise Magdalena Andersson qu’Ankara s’attendait à des mesures concrètes concernant ses préoccupations concernant les organisations terroristes.

L’agence a déclaré qu’Erdogan avait souligné lors d’un appel téléphonique avec Anderson que l’embargo sur les exportations d’armes imposé à la Turquie après son incursion en Syrie en 2019 devrait être levé.

Plus tôt cette semaine, Recep Tayyip Erdogan a publié une vidéo sur son compte Twitter, dans laquelle il a déclaré que la Turquie avait dit à ses alliés qu’elle refuserait d’accorder à la Suède et à la Finlande l’adhésion à l’OTAN.

« Nous nous en tiendrons à notre politique », a déclaré Erdogan dans une interview avec des étudiants mercredi soir. Nous avons dit aux alliés que nous dirions non à l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN.

Il a ajouté que la Suède et la Finlande hébergent et financent des « terroristes » et leur fournissent des armes, réitérant les accusations d’Ankara selon lesquelles les deux pays soutiennent des groupes qu’il considère comme terroristes, en particulier le Parti des travailleurs du Kurdistan, et les Unités de protection du peuple kurde syrien, qu’il considère également un groupe terroriste étroitement lié au Parti des travailleurs du Kurdistan.

    la source :
  • Reuters