SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Des manifestations en soutien du président en Tunisie

Des centaines de Tunisiens ont manifesté aujourd’hui, en soutien au président Kais Saied et à ses démarches pour réécrire la constitution, qui selon ses opposants, consolidera le pouvoir d’un seul homme.

Les partisans du président ont brandi des slogans: « Le peuple veut que les corrompus soient tenus responsables », « Non à l’ingérence étrangère » et « Le peuple soutient Saïd dans la purification du pays ».

Ahmed Hamami, l’un des organisateurs de la manifestation, a déclaré : « Mon message et le message de ceux-ci et de tous ceux qui nous rejoignent depuis les régions de l’intérieur, est un message clair, qui est d’accélérer la responsabilisation et d’accélérer sa mise en œuvre ».

Saied a pris le pouvoir exécutif l’année dernière avant d’annoncer qu’il gouvernerait par décret et renverrait le Parlement. Il forme actuellement un comité pour rédiger une nouvelle constitution qu’il a l’intention de soumettre à un référendum cet été.

Il a été plus rapide que le rythme de sa prise de pouvoir au cours des dernières semaines. Il a pris le contrôle des deux collèges judiciaire et électoral indépendants et a menacé de restreindre les organisations de la société civile, donnant à l’homme de 64 ans le contrôle total de presque tous les pouvoirs.

La crise menace les acquis démocratiques du pays depuis 2011, lorsque les Tunisiens ont renversé le régime autoritaire de Zine El Abidine Ben Ali, puis une vague de soulèvements contre des dirigeants autoritaires à travers le monde arabe.

Saied a déclaré que ses mesures étaient nécessaires pour sauver la Tunisie d’années de stagnation économique et de paralysie politique aux mains d’une élite corrompue et intéressée.

Une grande majorité de Tunisiens, frustrés par des années de troubles, semblent avoir approuvé les mesures prises par Saïd l’été dernier, mais la montée de la crise économique menace de saper sa popularité.

Saied a déclaré que le dialogue sur le système politique sera limité à ceux qui ont soutenu la piste du 25 juillet et les grandes institutions, rejetant les appels des principaux partis, le puissant syndicat général tunisien et les donateurs étrangers pour des pourparlers plus larges.

« Nos demandes sont, nous voulons que le président gouverne seul et nous devons être patients avec lui,nous sommes fatigués de partager le gâteau. Tout le monde veut une partie de la décision. Nous voulons un gouvernement individuel et nous voulons être patients avec lui et le tenir responsable au bout de cinq ou six ans. Nous ne voulons plus du gouvernement de l’intérêt, le peuple a faim, et nous voulons aussi demander des comptes à tous ceux qui ont commis des crimes contre l’État, a déclaré Ezzedine Boucetta, un participant à la manifestation pro-Saied.

 

    la source :
  • Reuters