SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Des manoeuvres israéliennes simulent une défense contre toute infiltration des forces « Al-Radwan » du Hezbollah

Les forces de l’armée israélienne ont effectué un entraînement d’une semaine, simulant la guerre sur le front nord contre le Hezbollah, tout en surveillant la frontière sud « explosive » du pays, selon le Jerusalem Post.

Le journal a rapporté que « les soldats de la 890e brigade de parachutistes de l’armée israélienne, ont effectué ces exercices, avec l’escalade des tensions dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem. »

Selon le « Jerusalem Post », « les soldats ont passé deux jours et demi à simuler la défense des communautés israéliennes le long de la frontière contre les infiltrations des forces de l’unité « Al-Radwan » du Hezbollah ».

Pendant certaines parties de l’exercice, les unités de génie de combat et de chars ont joint leurs forces à celles de l’armée de l’air israélienne, sous la direction du commandant adjoint du bataillon 890, le major Yochai Ben-Ami.

Yochai Ben-Ami a expliqué que « les exercices simulent la coopération avec d’autres forces en profondeur au Liban », ajoutant : « Cela a renforcé l’action multi-force et montre combien nous sommes forts lorsque nous travaillons côte à côte ».

Il a souligné que « pendant les dix années qu’il a passées dans l’armée, ces exercices ont été l’un des plus difficiles auxquels il a participé en raison du climat hivernal rigoureux auquel les forces ont été confrontées. »

Et Ben-Ami a ajouté : « Il s’agissait d’une manœuvre d’une semaine par mauvais temps où nous nous sommes entraînés pour la guerre dans le nord…. C’était un exercice difficile car les soldats ont marché des centaines de kilomètres, et il faisait froid, il pleuvait et nous étions mouillés, mais les troupes ont été capables de faire face au défi que cela représentait comme le mauvais temps et les poids lourds sur leur dos. »

De plus, il a déclaré au journal : « On s’attend à ce que les membres de l’unité « Al-Radwan » soient en première ligne de toute attaque du Hezbollah contre Israël, car ils s’infiltreront dans les villes israéliennes le long de la frontière pour tuer le plus grand nombre possible d’Israéliens, accompagnés d’un lourd barrage de roquettes, de mortiers et de missiles antichars, et autres. »

De même, Ben-Ami a estimé que « la prochaine guerre ne sera pas comme celle de 2006 », ajoutant : « Nous serons beaucoup mieux préparés, nous protégerons nos sociétés, et le Hezbollah frappera fort ».

Tout en soulignant qu' »il est peu probable qu’une guerre éclate… cela pourrait être une surprise, et cela pourrait arriver demain, mais si cela arrive, le Hezbollah regrettera d’avoir déclenché la guerre. »

Et le journal a souligné que « si une guerre éclate avec le Hezbollah, elle ne se limitera pas à la seule frontière nord, mais verra des attaques à la roquette depuis Gaza en plus de la violence en Cisjordanie », comme cela s’est produit en mai lors de la récente guerre israélo-palestinienne.

    la source :
  • The Jerusalem Post