SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Des mesures européennes peu efficaces pour lutter contre la crise énergétique

Jusqu’à présent, les gouvernements européens ont été largement impuissants à freiner la hausse de l’inflation, car les forces auxquelles ils sont confrontés – économiques, sanitaires et politiques – dépassent de loin les capacités de l’UE.

Les discussions des dirigeants de l’Union européenne à Bruxelles se poursuivent à un rythme accéléré pour faire face à la crise énergétique, dans une scène que les dirigeants des vingt-sept pays tentent de décorer avec des recommandations qui reflètent l’apparence d’un « front uni » et couvrent les fissures des divisions entre eux, dont la plus importante est le différend franco-allemand.

Mais ces « décorations » s’estompent avec l’absence de feuille de route claire lors du sommet européen, et le clivage sur le prix du gaz qui s’accompagne de conflits d’intérêts.

La ministre espagnole de la transition écologique, Teresa Ribera, a critiqué le travail de la Commission européenne, soulignant que toutes les propositions sont encore un peu timides et que les travaux manquent encore d’actions concrètes pour la majorité des questions.

Des procédures déficientes

Les responsables de l’Union ne cachent pas leur mécontentement face aux divisions des pays du continent, et publient ouvertement des déclarations confirmant que le degré de réponse de l’Europe aux récents défis est lent.

Quant à la rue européenne, elle exprime son mécontentement soit en organisant des rassemblements de protestation comme ceux qui ont eu lieu en Allemagne et en France, soit sur les médias sociaux, en exprimant leur objection aux outils et méthodes de gestion des crises européennes résultant de la guerre en Ukraine.

Les mesures décrites par le public comme courtes et timides étaient des mesures telles que l’extinction des lumières de la célèbre Tour Eiffel une heure plus tôt que d’habitude, la fermeture par l’Italie des fontaines d’eau sur les places publiques, et des mesures de rationnement de l’eau chaude et des lumières sur les routes publiques.

Dimitris Anast, 28 ans, qui vit à Göteborg, en Suède, a déclaré que « les mesures visant à réduire l’éclairage des routes pour économiser de l’énergie ne sont pas des mesures efficaces pour faire face à la crise énergétique, et elles auront de mauvaises répercussions. »

Le jeune Suédois qui étudie la chimie a déclaré : « Le gouvernement devrait éviter les mauvaises solutions et décisions, comme la décision d’éteindre les lumières dans certaines rues de la ville. Cette mesure entraînera certainement une augmentation des crimes, et ce ne sont pas seulement mes paroles, mais plutôt une déclaration du chef de la police de ma ville il y a deux jours. »

Et le jeune homme a ajouté : « Comment le gouvernement peut-il demander de limiter l’utilisation de l’électricité dans la période à venir jusqu’au mois de mars, c’est une mesure qui ne peut pas être réalisée, tout dans nos maisons fonctionne à l’électricité. »

Des protestations en Allemagne

En Allemagne, environ 7000 personnes ont manifesté dans plus de 15 villes, demandant des mesures et des étapes que les gens peuvent tolérer et pour atténuer la hausse des prix, et ils ont exprimé leur protestation contre la politique énergétique, l’inflation et les répercussions de la guerre en Ukraine, selon l’agence de presse allemande.

Gerd Johan, 41 ans, ouvrier dans une brasserie et habitant de Stuttgart, qui a participé à la manifestation de jeudi, a déclaré : « Nous sommes sortis pour demander au gouvernement d’aider davantage les personnes aux revenus limités, de fournir des logements à des coûts raisonnables et d’augmenter l’aide sociale. »

Johan ajoute : « Le gouvernement devrait nous soutenir, et réduire les factures, afin que nous puissions faire face aux crises successives qui nous ont frappés. »

Johan exprime sa colère face à la décision de rationner l’eau chaude dans le quartier dans lequel il vit, car il travaille régulièrement de nuit à l’usine, et rentre chez lui pendant les heures de rationnement de l’eau chaude.

Légalisation injuste

Les autorités locales d’un certain nombre de pays européens ont appelé les habitants à éviter autant que possible d’utiliser des appareils électriques à l’intérieur des maisons entre quatre et sept heures du soir, et à recourir à des couvertures épaisses pour se chauffer au lieu d’utiliser des appareils électriques.

En France, une manifestation a eu lieu pour réclamer une augmentation des salaires en raison de l’inflation et de l’incapacité à vivre avec la hausse des prix.

Aleron, 51 ans, citoyen français qui vit à Montpellier, a déclaré : « Nous soutenons les manifestations non pas parce que nous sommes de gauche et ne soutenons pas la grève des travailleurs, mais parce que nous sommes un peuple épuisé par l’inflation et la hausse des prix. Est-il raisonnable pour moi de dépenser un tiers de mon salaire mensuel en carburant et d’être satisfait ? »

Aleron, qui travaille comme professeur d’école, ajoute : « La crise de l’après-guerre a créé une sorte de déséquilibre et de fossé dans la société. Il y a un grand nombre de personnes riches qui accumulent de l’argent à cause des crises, alors que les pauvres souffrent, et c’est suspect. »

Aleron en donne un exemple, à travers la question de la grève des travailleurs dans les entreprises de raffinage, dont le droit d’augmenter les salaires est légitime, puisque les propriétaires des entreprises et les investisseurs ont augmenté leur argent de manière exponentielle après la hausse des prix de l’énergie.

Et Aleron a conclu son discours : « La solution est de rétablir cet équilibre autant que possible et de parvenir à la justice, et non de diminuer l’éclairage de la Tour Eiffel ou de rationner les lumières et l’eau chaude. »

    la source :
  • Erem news