SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 September 2021, Monday |

Des négociations secrètes entre les services de renseignement britanniques et les talibans ont été révélées

Le journal britannique « Telegraph » a déclaré que de hauts responsables des services de renseignement britanniques ont eu des entretiens secrets avec les talibans, afin d’obtenir l’assurance que l’Afghanistan ne serait pas utilisé comme base pour des attaques terroristes contre l’Occident.

Selon le journal, les menaces que représentent les talibans pour la sécurité du Royaume-Uni suscitent une inquiétude croissante.

Cette inquiétude a incité le chef des services de renseignement britanniques, Richard Moore, à se rendre au Pakistan pour des discussions « discrètes et urgentes » avec le chef de l’armée, le week-end dernier, selon le journal.

Le journal cite ses sources selon lesquelles un groupe d’officiers des services de renseignement britanniques a rencontré des responsables talibans à Doha et à Kaboul, avant le retrait.

Selon le journal, le chef de la commission mixte de renseignement britannique, Sir Simon Gass, est arrivé à Doha il y a quelques jours pour s’entretenir avec des représentants des talibans, dans le cadre de sa nomination en tant que représentant spécial britannique pour le processus de transition en Afghanistan.

Le journal ajoute que la Grande-Bretagne a cherché à convaincre les dirigeants talibans au cours de ces entretiens que toute aide étrangère à l’avenir dépendrait de la rupture par le régime (le mouvement) de ses relations avec les organisations terroristes, notamment depuis que le mouvement a permis à Oussama ben Laden de planifier les attentats de septembre depuis l’Afghanistan.

Le journal cite une source gouvernementale haut placée qui explique qu’ « il existe une stratégie (qui dit) : Nous devons travailler sur la manière de traiter avec eux ».

De son côté, le gouvernement britannique a confirmé, mercredi, que M. Gass s’est rendu à Doha pour rencontrer des dirigeants talibans.

Un porte-parole du gouvernement a indiqué, dans un communiqué, que M. Gass « rencontrait de hauts représentants des talibans pour souligner l’importance du libre passage depuis l’Afghanistan pour les ressortissants britanniques et afghans qui ont travaillé avec nous », ce qui constitue la première confirmation publique d’efforts diplomatiques entre Londres et les talibans.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis, mercredi, un accueil « chaleureux » aux milliers de réfugiés afghans qui arrivent au Royaume-Uni.

« Nous sommes très reconnaissants envers ceux qui ont servi dans les forces armées en Afghanistan et je suis déterminé à leur donner, ainsi qu’à leurs familles, le soutien dont ils ont besoin pour reconstruire leur vie ici au Royaume-Uni », a déclaré Boris Johnson dans un communiqué.

Londres, ainsi que d’autres puissances occidentales, s’étaient jointes aux États-Unis dans une opération massive d’évacuation de plus de cent mille personnes d’Afghanistan après la soumission de l’armée afghane aux talibans.