SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 5 December 2022, Monday |

Détails de l’ « attaque mystérieuse » contre un site militaire iranien destiné à développer des missiles et des drones

Le journal américain « New York Times » a révélé les détails de la « mystérieuse attaque », qui a visé mercredi soir une unité de recherche dans la région de Parchin, au sud-est de la capitale iranienne, Téhéran.

Jeudi, le ministère iranien de la Défense a annoncé que l’ « accident » s’était produit dans une unité de recherche qui lui est affiliée, tuant un « ingénieur » et en blessant un autre.

Le New York Times, citant un responsable américain, a déclaré que cette semaine, des drones ont visé un « site militaire iranien hautement sensible » à l’extérieur de Téhéran, puis est revenu pour révéler que la cible était « le complexe militaire de Parchin, au sud-est de Téhéran. »

Le journal a expliqué que l’Iran utilise le complexe de Parchin pour développer des technologies de missiles et nucléaires ainsi que des drones.

Aucune partie n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque, mais le journal a souligné qu’elle « porte les marques d’Israël. »

On soupçonne que le site de Parchin a été témoin de tests d’explosions conventionnelles qui pourraient être appliquées dans le domaine nucléaire, ce que Téhéran avait précédemment nié.

L’incident est survenu quelques jours après qu’un colonel des Gardiens de la révolution a été abattu à Téhéran.

Israël a informé les États-Unis qu’il était à l’origine de cet assassinat, selon un responsable des services de renseignement qui s’est confié au journal américain.

Ces dernières années, l’Iran a fait d’importants progrès dans la conception, la production et le transfert de drones aux milices du Moyen-Orient.

Israël considère que l’utilisation de drones par ses « ennemis », notamment l’Iran, constitue une menace majeure pour sa sécurité, étant donné que le « drone » a la capacité d’échapper aux systèmes de missiles de défense avancés, tels que le Dôme de fer.

Un haut responsable militaire israélien a déclaré au New York Times que son pays investit « des ressources importantes pour localiser et détruire les drones hostiles. »