SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 31 January 2023, Tuesday |

Détails de l’assassinat du militant palestinien Nizar Banat, selon l’acte d’accusation

L’avocat Gandhi Amin, affecté à la famille du militant assassiné Nizar Banat, a révélé les faits du crime qui a tué le militant, selon ce qui a été indiqué dans l’acte d’accusation lu sur les deux accusés lors de la première session du tribunal.

L’avocat a déclaré: «Au cours de l’enquête, il a été constaté que le 24/6/2021, à trois heures du matin, une force du service de sécurité préventive du gouvernorat d’Hébron, composée des quatorze accusés, s’est déplacée pour arrêter la victime. , Nizar Khalil Muhammad Banat.

Ils se sont basés sur cela sur un ordre d’opération émis la veille de leur déménagement et une convocation émise par le ministère public civil et adressée au directeur de la police d’Hébron et émise le 4/5/2021 AD par le chef du ministère public civil à Dura .  »

Il a ajouté que l’emplacement de la victime était situé dans la région sud, à Jabal Jawhar, Haret al-Sarsuriyah, dans une maison louée.

La force qui se déplaçait dans quatre véhicules, l’un d’eux une Hyundai Accent en argent gouvernemental, le deuxième d’une Peugeot (306) d’argent, le troisième d’une Skoda Fabia en blanc et le quatrième d’une Polo en couleur résidentielle, est arrivé à la maison où se trouvait la victime.

Dès qu’ils ont atteint la maison, un certain nombre d’entre eux ont ouvert le filet de protection de la fenêtre avec un levier de fer et sont entrés dans la maison, et ils ne se sont pas identifiés et ont ouvert la porte au reste de la force.

L’avocat a déclaré que pendant ce temps, un membre de la force s’était rendu au matelas de la victime et tenait un levier de fer à la main, et après avoir confirmé l’identité de la victime, il l’a frappé à la tête plus d’une fois avec le levier de fer puis l’ont battu sur le reste de son corps, puis sur le reste Les prévenus qui sont entrés dans la maison en participant à battre violemment la victime avec des leviers, des bâtons, des crosses de pistolet, des mains et des pieds, l’arrachant du matelas sur lequel il dort sur le sol, enlevant ses vêtements supérieurs et l’agressant alors qu’il dormait sur le dos.

Selon l’acte d’accusation, ils l’ont retourné sur le ventre et lui ont mis des menottes en fer par derrière tout en continuant à le frapper, puis l’ont directement aspergé de gaz pendant qu’il était attaché. Ensuite, l’un des accusés, qui portait un gilet avec le logo de sécurité préventive qui s’y trouve, leur a dit « Terminé ».

Et en fait, ils ont continué à l’agresser, puis ils l’ont soulevé et lui ont frappé la tête avec un poteau de construction à l’intérieur de la maison, puis ils ont fait sortir la victime de la maison, et il est tombé sur la porte, alors ils l’ont tiré par ses pieds à l’extérieur et l’a emmené vers les véhicules, puis est entré à nouveau dans la maison.Un toit, un appareil photo et un support de téléphone appartenant à la victime se trouvaient dans l’appartement.

Il a ajouté que la victime était incapable de se tenir debout pendant qu’on le faisait sortir de la maison, alors ils l’ont attrapé et l’ont emmené dans le véhicule « polo », une couleur résidentielle, tout en continuant à l’agresser alors qu’il entrait dans le véhicule.

L’un des accusés a frappé la victime avec sa main et sa jambe et a continué à l’agresser et pendant que le véhicule roulait, l’un des accusés, qui tenait un pistolet à la main, est retourné au véhicule de polo dans lequel se trouvait la victime et l’a agressé avec la crosse du pistolet en insérant sa main dans la lunette arrière du véhicule et en le frappant avec la crosse du pistolet, plusieurs coups.

La force a quitté la zone vers 3 h 23 du matin et s’est dirigée vers la Direction de la sécurité préventive à Hébron.

Le polo de couleur résidentielle est arrivé à la Direction de la sécurité préventive de la ville vers 3 h 32 du matin, et ils ont amené la victime à l’intérieur de la clôture de la direction.

Ils se sont arrêtés devant le bâtiment principal de la direction et ont ouvert les portes du véhicule et n’ont pas sorti la victime du véhicule de polo dans lequel ils l’avaient amené pendant plus de trois minutes.

Ensuite, l’un des prévenus a appelé un autre prévenu, qui se trouvait près de l’entrée de la direction, et l’a informé de l’état de la victime. Ils ont appelé le directeur des opérations et l’ont informé de l’état de la victime, et il leur a demandé de le transférer immédiatement au hôpital.

Cependant, l’accusé a amené la victime, portée par les mains et les pieds, dans la direction et l’a placé dans le hall d’accueil au premier étage. La victime est restée cinq minutes dans le hall, puis ils l’ont transféré à 3h46 du matin. à l’hôpital gouvernemental d’Hébron (Aley).

Ils sont arrivés à l’hôpital à 3 h 50 et l’ont emmené aux urgences.

Il n’y avait aucun signe vital de vie sur la victime, et les médecins ont tenté de le réanimer pendant plus de 40 minutes sans succès, pour annoncer sa mort après cela.

Et que les accusés ont également violé les instructions durables de la direction du Service de sécurité préventive basées sur le code des règles pour l’usage de la force et des armes à feu pour les membres des forces de sécurité palestiniennes émis par le ministre de l’Intérieur en 2011 et les instructions de le directeur des opérations et le directeur de la sécurité préventive dans le gouvernorat d’Hébron de transférer immédiatement la victime à l’hôpital.