SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 25 September 2022, Sunday |

Discussion entre Bou Habib et Borrell sur les répercussions de la crise ukrainienne sur le Liban

En marge du Forum diplomatique d’Antalya, le ministre des Affaires étrangères et des Emigrés, Abdullah Bou Habib, a rencontré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, en présence de l’ambassadeur du Liban à Ankara, Ghassan Al-Moallem, et du diplomate Youssef Jabr.

Ils ont discuté des relations bilatérales entre les deux pays, du soutien apporté par la Turquie au Liban dans tous les domaines économiques et alimentaires, des répercussions de la crise ukrainienne sur l’Europe et le Moyen-Orient, et des résultats de la médiation turque afin d’arrêter la détérioration de la situation entre l’Ukraine et la Russie.

Bou Habib a remercié son homologue turc pour l’invitation à participer au forum ainsi que pour l’hospitalité et l’organisation. Le ministre turc a promis d’accepter l’invitation du ministre Bou Habib à visiter le Liban prochainement, afin de compléter les recherches sur divers projets et programmes bilatéraux.

Le ministre des Affaires étrangères a également rencontré le Haut Représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et les affaires de sécurité, Josep Borrell, et ils ont discuté des répercussions de la crise ukrainienne sur le Liban, notamment au niveau de la sécurité alimentaire et énergétique. Le responsable européen a promis de discuter sérieusement de la fourniture d’une aide immédiate et d’urgence au Liban. Ils ont également discuté des négociations avec le Fonds monétaire international et de la nécessité de parvenir à un accord avant les élections législatives afin que le Liban puisse bénéficier du paquet d’aide financière qui lui a été alloué par l’Union européenne.

Les répercussions graves et croissantes dont souffre encore le Liban en raison de la présence de plus d’un million et demi de réfugiés syriens sur ses terres et les conséquences néfastes pour les communautés libanaises qui accueillent ces personnes déplacées, compte tenu de l’aide insuffisante de la communauté internationale, ont également été discutées.