SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 21 October 2021, Thursday |

Dossiers urgents devant le nouveau président iranien

Le président iranien Ibrahim Raisi se concentrera sur les Palestiniens, le Yémen et l’Irak pour façonner sa nouvelle politique, a rapporté le Jerusalem Post.

« Les Houthis soutenus par l’Iran ont subi quelques revers lors de la récente bataille de Maarib au Yémen, et il y a une attention croissante sur les attaques de drones et l’attaque iranienne contre un navire au large des côtes d’Amman, pour mon président, cela fera partie de ses premiers pas dans la région, et soutiendra le mouvement de résistance islamique Hamas, et pourrait également se rendre dans la capitale irakienne de Bagdad », a déclaré le journal dans un reportage publié sur son site Web.

Le Jerusalem Post a fait valoir qu’aucun pays dans lequel l’Iran est intervenu n’était devenu plus riche ou plus stable. La plupart des endroits où l’Iran a renforcé les milices comme l’Irak sont gravement en proie à des crises successives telles que des pannes de courant, ainsi que des faillites, comme au Liban.

« Un certain nombre d’objectifs clés peuvent être identifiés en analysant ce que les médias iraniens, qui affirment que Maarib sera bientôt repris, et le Hamas a montré son soutien, ils ont envoyé une délégation en Iran pour une inauguration majeure, et le chef du Hamas Ismail Haniyeh a été cité par l’agence de presse Tasnim du gouvernement iranien comme disant que le mouvement se tient aux prises avec l’Iran ».

« Il s’agit d’une tentative de l’Iran de contrôler de plus en plus les Palestiniens, de créer de l’influence et du contrôle et de les utiliser pour attaquer Israël. L’Iran l’a fait en mai lors de l’opération Guardiens des murs, et il est probable qu’il poussera les Palestiniens vers d’autres attaques », a déclaré le journal.

« L’Iran a tendance à utiliser des agents, ce qui pousse les autres à le défendre et à mourir pour lui dans ses guerres régionales. C’est pourquoi Téhéran pousse les Syriens, les Libanais, les Irakiens et les Yéménites à se battre, tandis que le régime iranien étouffe son peuple chez lui, profitant de tous les facteurs d’instabilité, de terrorisme et de souffrance.