SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 December 2022, Saturday |

Egypte: Nous approchons de la limite de la pénurie d’eau

Le ministre égyptien des Ressources en eau et de l’Irrigation, Mohamed Abdel Ati, a déclaré que son pays approchait de la pénurie d’eau, avec une eau par habitant atteignant environ 560 mètres cubes par an.

Il a ajouté que 40% de la main-d’œuvre égyptienne dépend de l’agriculture comme principale source de revenus, et pour relever ces défis, l’État égyptien a élaboré le plan national pour les ressources en eau jusqu’en 2037 avec des investissements allant jusqu’à 50 milliards de dollars qui devraient atteindre 100 milliards de dollars.

Il a fait ses remarques lors de sa participation virtuelle au « Dialogue sur la rareté de l’eau et la migration – Défis et opportunités pour le développement durable au Moyen-Orient et en Afrique du Nord », qui se tient dans le cadre de la conférence « Semaine du climat au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ».

Au début de son discours, Abdel Ati a rendu hommage à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour avoir organisé cet important dialogue, notant qu’il existe de nombreux phénomènes de migration et de déplacement de population dus à la pénurie d’eau, qui est exacerbée par le phénomène du changement climatique, tels que la baisse des volumes d’eau dans le lac Tchad en Afrique centrale et les tensions sur l’eau qui en résultent et l’émergence de groupes terroristes, ce qui confirme le lien étroit entre l’eau et le climat.

Le Ministre de l’irrigation a noté l’impact évident du changement climatique sur le cycle hydrologique de l’eau et sur l’inégalité des approvisionnements en eau douce dans le monde, ce qui constitue une grave menace pour la sécurité de l’eau, la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et les écosystèmes, en particulier pour les personnes et les communautés souffrant déjà de conditions d’eau fragiles, autre que l’impact grave sur les régions du delta du monde en raison de l’élévation du niveau de la mer et des inondations des villes densément peuplées, soulignant l’importance de la coopération régionale entre les États. Sur la base des avantages mutuels en matière d’adaptation au climat, en soulignant l’importance de moderniser les plans nationaux de l’eau et du climat dans divers pays du monde.

Abdel Ati a également souligné le RAPPORT du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, qui expliquait que le changement climatique entraîne de plus en plus de déplacements et de migrations involontaires, ainsi que les crises humanitaires, les pertes et les dommages qui en résultent dans le monde entier, où la Banque mondiale estime que la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord pourrait perdre jusqu’à 14% du PIB d’ici 2050 en raison du stress hydrique, Il a déclaré dans un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, qui a expliqué que Une gestion efficace et durable de l’eau réduit l’impact du changement climatique.

Abdel Ati a souligné le soutien de l’Égypte aux efforts du Comité des leaders de l’eau et du climat, lancé par l’Organisation météorologique mondiale et l’Organisation des Nations Unies pour l’eau, afin de poursuivre un programme intégré sur l’eau et le climat et de suivre la mise en œuvre accélérée du sixième objectif des objectifs de développement durable et de la signification de l’eau.

Le ministre de l’Irrigation a souligné l’occasion en or qu’ont pour les années en cours et à venir de renforcer les liens entre les différents événements liés à l’eau et au climat, à travers les événements de la cinquième Semaine de l’eau du Caire, la conférence sur le climat cop27 en novembre de cette année, le Forum international pour l’examen des migrations prévu à New York en mai de cette année et la conférence d’examen à mi-parcours pour 2023, soulignant l’importance de promouvoir l’intégration entre les événements et initiatives mondiaux suffisants dans les domaines de l’environnement, de la réduction des risques de catastrophe, de la migration et des déplacements.