SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

En Irak… 18000 morts et blessés pour cette raison

Environ 18000 personnes ont été tuées et blessées à cause des mines et des restes de guerre dans les gouvernorats du sud de l’Irak au cours des trois dernières décennies, selon un responsable du ministère irakien de l’Environnement révélé aujourd’hui, lundi.

Le responsable du Southern Center for Mine Affairs au ministère, Nibras Fakher al-Tamimi, a déclaré que les ministères de la Défense et de l’Intérieur, ainsi que les organisations locales et étrangères, faisaient de gros efforts pour éliminer les vestiges de la guerre, mais le volume de la pollution est importante, car la superficie des zones contaminées par des restes de guerre est de plus d’un milliard de mètres carrés.

Il a souligné que les faibles allocations financières pour le déminage dans les gouvernorats de Bassora, Maysan, Dhi Qar et Muthanna ont affecté les efforts d’élimination des déchets.

Il a également souligné que « Bassorah est la plus polluée par les vestiges de la guerre, et a enregistré plus de 50 victimes cette année, dont la plupart sont des enfants, des femmes et des bergers ».

Dans ce contexte, Al-Tamimi a déclaré que « la région de Chatt Al-Arab à Bassora a récemment été témoin d’une explosion de mine, qui a coûté la vie à une famille composée d’un mari, une femme et leur enfant, et le nombre de victimes de mines dans le sud régions depuis 1990 a atteint environ 18000.

Il est à noter qu’il existe deux organisations qui déminent, l’une norvégienne et l’autre danoise, et elles ont travaillé au nettoyage des terrains résidentiels, qui ont été distribués aux citoyens en dehors du gouvernorat de Bassora.

Au cours des trois dernières années, plus de 700 millions de mètres carrés de restes de guerre ont été nettoyés au cours des dix dernières années, selon des sources bien informées.

Selon des sources du département de contrôle des bombes du ministère irakien de l’Intérieur, de gros efforts sont déployés pour contrôler les mines et les restes de guerre dans les zones désertiques inhabitées.

Les sources ont confirmé que « les régions du nord et de l’ouest du pays connaissent également des pertes dues à l’explosion des restes de guerre, et la plupart des victimes sont des bergers ».

Il convient de noter que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a annoncé jeudi dernier que 35 enfants irakiens ont été tués et 41 autres mutilés, en raison de leur exposition aux restes explosifs de guerre et aux mines cette année.

Les rapports indiquent qu’une zone de 1200 kilomètres carrés à partir de la frontière irako-iranienne contient des dizaines de milliers de mines et de bombes, tandis qu’il y a 90 zones dans les gouvernorats du sud contaminées par des radiations provenant de l’uranium qui a été utilisé par la coalition dirigée par les États-Unis. forces en 2003, et il y a aussi des restes de l’EI dans les provinces qu’il a saisies à la mi-2014.