SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

En Iran… Des dizaines de personnes ont été arrêtées sur le marché de Téhéran pour avoir brûlé les banderoles de Soleimani

Alors que les manifestations se poursuivaient dans plusieurs villes, les forces de sécurité iraniennes ont attaqué des manifestants dans un marché de la capitale, Téhéran, et en ont arrêté un certain nombre, selon le site Internet Iran International, aujourd’hui samedi.

Plusieurs quartiers de Téhéran ont été témoins de slogans anti-régime, alors que des manifestants ont incendié des banderoles commémorant le meurtre de Qassem Soleimani dans des quartiers de la capitale et ont scandé le slogan « Mort à Khamenei » à Bkerj.

Dans la ville d’Izeh, la population a participé, vendredi soir, à l’enterrement symbolique de Muhammad Ahmadi, l’une des victimes tuées par les forces de sécurité.

Vendredi soir, un groupe de citoyens du district de Bonak, à l’ouest de Téhéran, a scandé des slogans contre le régime de la République islamique. Les slogans « Mort à Khamenei », « Mort à la République islamique », « Mort au régime tueur d’enfants » et « Khamenei al-Dahhak, nous te tuerons », figuraient parmi les chants nocturnes des manifestants de Bonk.

Le quartier de Saadat Abad à Téhéran a également été témoin de slogans nocturnes d’un groupe de manifestants vendredi soir, parmi lesquels : « Mort au dictateur » et « Cette année est l’année du sang, Khamenei sera détruit ».

A Narmak, à l’est de Téhéran, vendredi soir, un groupe de manifestants a scandé des slogans anti-régime depuis l’intérieur de leurs maisons et complexes résidentiels. « Mort à Khamenei » et « Mort au dictateur » figuraient parmi les chants nocturnes des manifestants à Narmak.

Vendredi soir, les manifestants ont également incendié une banderole contenant de la propagande avec une photo de Qassem Soleimani, l’ancien commandant de la Force Quds des Gardiens de la révolution iraniens, sur l’autoroute Imam Ali à Téhéran.

Dans la rue Hashemi, au sud de Téhéran, dans le district de Saeedabad, un groupe de manifestants a mis le feu à une banderole à l’effigie de Soleimani.

Des quartiers de la ville de Karaj ont également été le théâtre de manifestations de rue et de slogans contre le régime de la République islamique. Un groupe de manifestants a incendié la rue danoise Amuz à Karaj et scandé des slogans anti-régime.

Les manifestants de Karaj ont scandé des slogans tels que « Nous nous battrons, nous mourrons et nous récupérerons l’Iran », « Mort à Khamenei » et « Cette année est l’année du sang, Khamenei sera détruit ».