SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 27 January 2023, Friday |

En Iran… La sécurité arrête une journaliste à Téhéran

Samedi soir, les autorités iraniennes ont libéré l’éminent prisonnier politique Arash Sadeghi de la prison d’Evine, au nord de Téhéran, tandis que la journaliste et reporter Malika Hashemi a été arrêtée.

« Les autorités ont libéré son client après son arrestation lors de la récente vague de protestations », a déclaré Ramin Safarnia, l’avocat du militant et prisonnier politique Arash Sadeghi, ajoutant que « la libération a eu lieu sous caution ».

Les militants avaient exprimé leur inquiétude quant à la détérioration de la santé du prisonnier Arash Sadeghi en raison de son cancer, et Sadeghi avait déjà été emprisonné à plusieurs reprises.

Arash Sadeghi a été arrêté le 10 octobre, après la vague de protestations populaires qui a éclaté en Iran suite à la mort de la jeune femme kurde, Mahsa Amini.

Début septembre 2022, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a exprimé sa profonde inquiétude quant à l’état physique d’Arash Sadeghi et a appelé à sa libération immédiate.

Il convient de noter que Sadeghi a été libéré en juin de l’année dernière, après avoir purgé cinq ans de détention après avoir été condamné à 9 ans de prison dans deux affaires liées à des activités politiques et de défense des droits de l’homme. Il a également été accusé d’avoir insulté le régime et le guide suprême Ali Khamenei. .

Journaliste arrêté à Téhéran

Dans un contexte connexe, le site Internet du journal réformateur Sharq a rapporté samedi que les autorités de sécurité avaient arrêté la reporter de l’agence de presse Shahr, la journaliste Malika Hashemi.

Selon le journal, « la journaliste Malika Hashemi s’est rendue aujourd’hui au parquet de la prison d’Evine pour apporter des éclaircissements, et elle y a été arrêtée », sans révéler les charges retenues contre elle et le motif de son arrestation.

Jusqu’à présent, près de 70 journalistes iraniens ont été arrêtés lors des récentes manifestations, a indiqué le journal.Arash Sadeghi a été arrêté le 10 octobre, après la vague de protestations populaires qui a éclaté en Iran suite à la mort de la jeune femme kurde, Mahsa Amini.

Début septembre 2022, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a exprimé sa profonde inquiétude quant à l’état physique d’Arash Sadeghi et a appelé à sa libération immédiate.

Il convient de noter que Sadeghi a été libéré en juin de l’année dernière, après avoir purgé cinq ans de détention après avoir été condamné à 9 ans de prison dans deux affaires liées à des activités politiques et de défense des droits de l’homme. Il a également été accusé d’avoir insulté le régime et le guide suprême Ali Khamenei. .

Une Journaliste arrêté à Téhéran

Dans un contexte connexe, le site Internet du journal réformateur Sharq a rapporté samedi que les autorités de sécurité avaient arrêté la reporter de l’agence de presse Shahr, la journaliste Malika Hashemi.

Selon le journal, « la journaliste Malika Hashemi s’est rendue aujourd’hui au parquet de la prison d’Evine pour apporter des éclaircissements, et elle y a été arrêtée », sans révéler les charges retenues contre elle et le motif de son arrestation.

Jusqu’à présent, près de 70 journalistes iraniens ont été arrêtés lors des récentes manifestations, a indiqué le journal.