SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 1 October 2022, Saturday |

En Libye… il y a des affrontements qui coïncident avec l’annonce par le gouvernement parallèle de son entrée dans la capitale

La capitale libyenne, Tripoli, a connu des affrontements et des troubles, après que le gouvernement libyen nommé par le parlement a annoncé son entrée dans la capitale, Tripoli, siège d’un gouvernement rival dirigé par Abdel Hamid Dabaiba, qui refuse de céder le pouvoir.

Le bureau des médias du gouvernement parallèle a annoncé : « L’arrivée du Premier ministre du gouvernement libyen, M. Fathi Bashagha, accompagné d’un certain nombre de ministres, dans la capitale, Tripoli, en préparation du début des travaux de son gouvernement.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate à l’annonce du gouvernement de Tripoli.

Un correspondant de l’AFP rapporte que des affrontements ont éclaté entre groupes armés à Tripoli peu après son entrée.

En février dernier, le parlement de l’est de la Libye a nommé l’ancien ministre de l’Intérieur, Fathi Bashagha, Premier ministre, et le parlement a le soutien du maréchal Khalifa Haftar, dont les forces ont tenté de s’emparer de la capitale libyenne en 2019.

Cependant, ce dernier n’a jusqu’à présent pas réussi à renverser le gouvernement basé à Tripoli dirigé par l’homme d’affaires Abdel Hamid Dabaiba, qui a souligné à plusieurs reprises qu’il ne céderait le pouvoir qu’à un gouvernement élu.

Le gouvernement Dabaiba a été formé début 2020 à la suite d’un processus politique parrainé par les Nations unies, et sa tâche principale était d’organiser les élections législatives et présidentielles, qui étaient prévues en décembre dernier, avant qu’elles ne soient reportées sans fixer de nouvelle date.

Ses adversaires politiques estiment que son mandat s’est terminé avec ce retard.

La Libye a plongé dans le chaos politique et sécuritaire depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi à la suite d’un soulèvement populaire soutenu par l’OTAN en 2011, et elle vit désormais dans la division entre deux gouvernements parallèles à l’Est et à l’Ouest.

La production pétrolière, principale source de revenus du pays, est devenue l’otage des divisions politiques à travers une série de fermetures forcées de sites pétroliers libyens.

    la source :
  • AFP