SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 February 2023, Friday |

En Libye… Le Conseil d’Etat rejette la décision de la loi électorale

Aujourd’hui, mardi, le Conseil suprême d’État de Libye a rejeté la loi sur les élections parlementaires approuvée par la Chambre des représentants, en tant que violation de l’accord politique.

Le porte-parole du parlement, « Mohamed Abdel Nasser », a déclaré dans un tweet via son compte Twitter : appelé la loi électorale du Parlement.

Il a également considéré que la Chambre des représentants n’avait pas respecté dans cette loi le texte de l’article 23 de l’Accord politique, qui oblige la Chambre des représentants à se mettre d’accord avec le Conseil suprême d’État sur cette loi.

Dans ce contexte, « Abdel Nasser » a souligné que le Conseil suprême d’État confirme son soutien et son engagement à la date des élections du 24 décembre.

En outre, Nasser a tenu le parlement et ses membres pour responsables en cas de report ou de perturbation de la date des élections, en raison d’actions unilatérales et du non-respect des articles de l’accord politique pour mettre en œuvre les lois électorales.

Pour sa part, le porte-parole de la Chambre des représentants libyenne, « Abdullah Blihaq », a annoncé aujourd’hui, mardi, que la Chambre a voté à la majorité lors de la session d’aujourd’hui, pour ajouter un article dans la loi électorale de la Chambre des représentants, stipulant l’obligation de l’autorité législative à venir pour redistribuer les sièges dans toutes les circonscriptions électorales en tenant compte du dernier recensement de la population et de la zone géographique, afin de préserver les droits des circonscriptions lésées de la répartition actuelle des sièges.

Il est à noter que la Chambre des représentants libyenne a approuvé hier la loi pour l’élection de la Chambre des représentants, achevant ainsi l’achèvement de la législation nécessaire pour organiser les élections présidentielles et parlementaires dans le pays le 24 décembre prochain.

Le mois dernier, la Chambre des représentants libyenne a décidé de former un comité pour préparer une proposition pour la nouvelle loi électorale de la Chambre des représentants, après que la Chambre a annoncé, plus tôt, la ratification de la loi sur l’élection du chef de l’État et la définition de ses pouvoirs, et la renvoyant à la Haute Commission électorale, à la mission des Nations Unies en Libye et à toutes les autorités compétentes.

Le Conseil suprême d’État de Libye a, à l’époque, rejeté la loi, et a pour sa part annoncé la base constitutionnelle pour la tenue des élections générales, ainsi que la loi des chambres haute et basse de l’Assemblée nationale, en plus des conditions pour briguer le poste de chef de l’État.

Il est à noter que l’ONU cherche à consolider la stabilité en Libye et à contrôler la situation sécuritaire, notamment le départ des forces étrangères avant les élections présidentielles et législatives prévues le 24 décembre.