SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 10 August 2022, Wednesday |

En Ouganda… La police tire des gaz lacrymogènes pour réprimer les manifestations

Un porte-parole de la police ougandaise a déclaré avoir arrêté plus de 40 personnes lundi après que les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et « d’autres tactiques » pour réprimer une grande manifestation contre les prix élevés du carburant.

Les troubles ont secoué le pays d’Afrique de l’Est alors qu’une forte hausse des prix à la consommation a affecté les entreprises et les moyens de subsistance. Le coût du carburant en Ouganda a presque doublé depuis le début de cette année.

Tôt lundi, les manifestants ont commencé à ériger des barricades et à brûler des pneus sur une autoroute reliant Jinja, une ville industrielle de l’est de l’Ouganda, à une autre ville voisine, a déclaré le porte-parole de la police, James Mube.

Des images télévisées des dernières émeutes ont montré des nuages ​​de gaz lacrymogène provenant d’engins explosifs tirés par la police, tandis que la police et le personnel de sécurité de l’armée poursuivaient et matraquaient des jeunes qui leur lançaient des pierres.

« Ce n’était pas une manifestation, c’étaient des jeunes hommes qui volaient d’autres personnes, endommageaient des biens, bloquaient des routes, brisaient des voitures et brûlaient des pneus », a déclaré Moby à Reuters.

Il a ajouté que la police a arrêté 41 manifestants et les inculpera notamment d’incitation à la violence, de vol et de participation à un rassemblement illégal.