SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 February 2023, Saturday |

En Vidéo : la police iranienne utilise la force pour contenir les manifestations

Des dizaines de vidéos ont été diffusées par des militants iraniens, montrant des forces de police chassant des manifestants dans la ville de Yasuj, au milieu de tirs et d’un état de panique dans plusieurs quartiers de la ville, selon le journal Asharq Al-Awsat.

La police iranienne a utilisé la force pour contenir les tensions dans la ville, lundi. Le procureur de la République du Gouvernorat du Sud a également annoncé l’arrestation de 100 personnes, suite au déclenchement de manifestations contre les résultats des élections du conseil municipal, qui se sont déroulées vendredi, coïncidant avec les élections présidentielles.

Les médias iraniens ont déclaré que les manifestations avaient commencé après des affrontements, entre des partisans de deux candidats aux élections municipales.

L’agence de presse officielle ISNA a cité le procureur général de Yasuj, Ali Malik Hosseini, disant que les 100 détenus sont d’orientations, de groupes et de parents différents des candidats.

À son tour, la police a rejeté l’authenticité des informations selon lesquelles trois manifestants auraient été tués par leur propre incendie, après la diffusion d’un enregistrement vidéo des trois décès, tandis que des taches de sang apparaissaient au sol parmi une grande foule de personnes.

La poursuite des « psychopathes »

L’agence officielle « IRNA » a cité le chef de la police de la province de Kohkiluyeh et Boyer Ahmed, le général Ki Qubad Mostafaei, affirmant que les manifestations avaient éclaté après une séance de soutien des partisans d’un candidat au conseil municipal, soulignant que la police arrêté ceux « qui ont commis des actes illégaux ».

Le dirigeant iranien a appelé les Iraniens à ignorer les dizaines d’enregistrements vidéo qui ont été transmis sur les services « Telegram », « Instagram » et « Twitter », et a menacé de poursuivre ceux qui veulent « déstabiliser la sécurité psychologique de la société ».

Les résultats de l’élection présidentielle iranienne ont été annoncés samedi, et comme on s’y attendait, la victoire du candidat présidentiel Ibrahim Raisi, proche du guide suprême Ali Khamenei et des gardiens de la révolution.

Cependant, les boycotts semblaient constituer le plus grand électeur et la voix la plus forte du pays. 3 millions et 800 mille participants aux élections, ils ont mis des livres blancs. Le nombre total de boycotts a atteint environ 34 millions de personnes.

Un avenir sombre

Tandis que le militant politique et journaliste réformiste Zaid Abadi a qualifié les livres blancs dans les urnes de sonnette d’alarme pour le régime iranien, mettant en garde contre un avenir sombre.

Abadi a écrit : « Ce qui est important en premier lieu, avant les critiques des opposants, c’est l’interprétation des « décideurs » dans le système politique iranien pour les élections, en particulier sur le taux de participation et les votes invalides. »

Il a également ajouté que les votes étaient nuls, lors de ces élections. Il a poursuivi : « Je pense que tout a atteint le bord du gouffre », selon « Al Arabiya ».