SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 November 2022, Tuesday |

Enquêteur de l’ONU : Crimes contre l’humanité sous le régime militaire au Myanmar

Un enquêteur de l’ONU a déclaré que les preuves préliminaires recueillies depuis que les militaires ont pris le pouvoir au Myanmar le 1er février montrent une attaque généralisée et systématique contre les civils qui « équivaut à des crimes contre l’humanité ».

Le chef de l’organe des Nations unies chargé d’enquêter sur les crimes les plus graves au Myanmar, Nicholas Koumjian, a déclaré aux journalistes de l’ONU que le Mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar, qu’il dirige, a reçu plus de 200 000 appels depuis la prise de pouvoir par les militaires et a recueilli plus de 1,5 million des preuves analysées « afin que les hauts responsables de crimes internationaux graves au Myanmar puissent un jour être tenus pour responsables ».

Dans son rapport, il indique que les crimes contre les civils semblent être généralisés et systématiques, et précise : « Les enquêteurs ont constaté des schémas de violence, une réponse calculée des forces de sécurité aux manifestations au cours des six premières semaines environ après le coup d’État militaire, qui a été suivie d’une escalade de la violence et de l’utilisation de méthodes plus violentes pour réprimer les manifestants. »

Et Koumijian a ajouté : « Cela se passait à différents endroits en même temps, ce qui nous indique qu’il serait logique de conclure que c’est le résultat d’une politique centrale, car nous avons vu que certains groupes ont été ciblés, notamment en ce qui concerne les arrestations et les détentions qui semblent exemptes de procédure régulière. Cela inclut, bien sûr, les journalistes, le personnel médical et les opposants politiques. »