SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 3 October 2022, Monday |

Ethiopie : Le remplissage du barrage de la Renaissance est devenu une réalité

Aujourd’hui, 14 août 2022, le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Demeke Mekonnen, a annoncé que le remplissage du réservoir du barrage de la Renaissance, qui a suscité un différend entre son pays, l’Égypte et le Soudan, est devenu une « réalité actuelle. »

Et le compte du ministère éthiopien des Affaires étrangères sur Facebook a cité Mekonen, commentant le troisième remplissage du réservoir : « Malgré toutes sortes de pressions humaines, le remplissage du réservoir du barrage de la Renaissance est devenu une réalité et un témoin de l’esprit d’unité et de coopération entre les Éthiopiens. »

Pendant ce temps, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé un message aux pays en aval, le Soudan et l’Égypte, affirmant que « des négociations pacifiques et de véritables discussions concernant le barrage de la Renaissance donneront des résultats plus que toute autre alternative », selon le ministère des Affaires étrangères.

Le gouvernement éthiopien avait annoncé l’achèvement du troisième processus de remplissage du barrage de la Renaissance avec un volume de 22 milliards de mètres cubes, ajoutant que l’eau était passée par le passage central du barrage.

Le Premier ministre éthiopien a déclaré : « La hauteur du barrage a atteint 600 mètres », ajoutant : « Nous vendrons de l’électricité aux pays voisins pour parvenir à un développement commun. »

Il a estimé que le Nil est un « cadeau » pour l’Éthiopie, l’Égypte et le Soudan, « et nous devons en profiter ensemble », ajoutant : « Le Nil est une source de fierté pour les Éthiopiens, et nous parviendrons à nous développer grâce à lui. »

Pour sa part, le chef du comité technique chargé de négocier le dossier du barrage de la Renaissance au ministère soudanais de l’irrigation, Mustafa Hussein, a déclaré que son pays suivait de près les résultats de la démarche de l’Éthiopie, qu’elle a annoncée hier, visant à mettre en route la deuxième turbine destinée à produire de l’électricité à partir du barrage.

Et fin juillet, l’Égypte a protesté auprès du Conseil de sécurité des Nations unies contre le projet de l’Éthiopie de continuer à remplir le barrage Renaissance « unilatéralement » pendant la saison des pluies depuis juillet 2020, sans accord avec les trois pays concernés.

Le Soudan et l’Égypte, deux pays qui dépendent fortement du Nil pour leurs besoins en eau, ont demandé à plusieurs reprises à l’Éthiopie d’arrêter ses opérations de remplissage du barrage, en attendant la conclusion d’un accord tripartite sur ce sujet et les modalités d’exploitation du barrage.

Il convient de noter que l’Éthiopie considère le barrage comme essentiel pour son développement, tandis que l’Égypte le considère comme une menace « existentielle » et que le Soudan a mis en garde contre les « grands risques » pour la vie de millions de personnes.

    la source :
  • alarabiya