SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Faiza Rafsanjani à Khamenei : Notre ennemi est ici

A l’heure où le régime iranien connaît un état de confusion et d’instabilité, Faiza Hashemi Rafsanjani, la fille de l’ancien président iranien Hashemi Rafsanjani, s’est adressée au guide iranien, Ali Khamenei, suite à son récent discours dans lequel il a parlé des ennemis, et elle lui a dit : « Notre ennemi est ici », ce qui signifie que l’ennemi est à l’intérieur, pas au-delà des frontières.

Rafsanjani, ancien députée au parlement iranien, a critiqué les institutions et les organes exécutifs du régime, les rendant responsables de la situation actuelle et a dit : « Notre ennemi est ici », en référence au slogan qui résonne de temps en temps dans les manifestations : « L’ennemi est ici… ils mentent quand ils disent que l’Amérique est l’ennemi ».

Au début de son discours en vidéo, qui a été publié samedi, Faiza Rafsanjani a évoqué un large éventail de questions et de problèmes économiques en Iran, notamment la corruption systémique, la pauvreté généralisée et la fuite des capitaux du pays, qui s’élève à 18 milliards de dollars par an.

Selon Rafsanjani, au moins 5 000 cas de détournement de fonds ont été signalés dans le pays, et le volume des détournements de fonds en Iran a augmenté de 300 %.

Concernant les questions et problèmes sociaux, Faiza Hashemi a indiqué que le nombre de personnes vivant dans des quartiers pauvres en Iran a augmenté, atteignant 13 millions de personnes, soit un sixième de la population totale du pays.

Selon Faiza Rafsanjani, environ 80 % des Iraniens sont actuellement dans l’incapacité de se nourrir correctement, notamment de fruits et de légumes, en raison de problèmes économiques.

L’activiste politique affirme qu’il y a 40 millions d’Iraniens qui ont besoin du soutien du gouvernement et d’une assistance immédiate des institutions de secours.

Elle a parlé de l’émigration massive des élites, des experts et des spécialistes du pays comme d’un autre problème social, et a déclaré : « Entre 150 000 et 180 000 professionnels quittent le pays chaque année ».

Dans une autre partie de son discours samedi, Faiza Rafsanjani a fait référence à l’émigration et à l’asile de dizaines d’athlètes et de champions nationaux en Iran ces dernières années. Au moins 61 athlètes et champions nationaux en Iran ont demandé l’asile dans d’autres pays.

Dans son discours, elle a noté l’augmentation significative des vols et le grand nombre de prisonniers dans le pays en raison d’autres problèmes, qui ont été mentionnés dans le discours de Faiza Hashemi Rafsanjani samedi, et a fait référence aux suicides, aux meurtres et aux crimes d’honneur, comme des maladies sociales évidentes en Iran.

Elle a parlé de la protestation contre l’oppression politique et de la gestion des protestations sociales.

La militante politique a décrit la politique étrangère du régime iranien comme étant faible et fragile, et a déclaré que cette situation a permis à Israël de gagner en puissance et en influence au Moyen-Orient.