SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 July 2022, Saturday |

FAO: Des millions de personnes menacées de faim

La guerre ukrainienne et la pénurie de vivres qui en résulte menacent des millions de personnes dans le monde, dans un contexte de famine et de catastrophe pour la sécurité alimentaire.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déclaré vendredi que la baisse des exportations de blé et d’autres produits alimentaires en provenance d’Ukraine et de Russie pousserait entre 11 et 19 millions de personnes hors de la faim l’année prochaine.

Le conflit en Ukraine a provoqué une crise alimentaire mondiale, avec des prix élevés pour les céréales, les huiles de cuisson, les carburants et les engrais. La Russie et l’Ukraine fournissent au monde près d’un tiers de l’approvisionnement en blé, tandis que la Russie est également un important exportateur d’engrais et l’Ukraine est un important fournisseur d’huile de maïs et de tournesol.

Boubacar Ben Belhassen, directeur du Département des marchés et du commerce de la FAO, a déclaré que le conflit « pourrait entraîner la famine entre 11 et 19 millions de personnes ». C’est une faim chronique en 2022 et 2023. »

Il a déclaré aux journalistes que l’estimation initiale était basée sur une baisse des exportations de produits alimentaires en provenance d’Ukraine et de Russie.

Il a déclaré« Les pays les plus touchés sont la région du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord en raison de leur forte dépendance aux importations, en particulier de blé, en provenance de ces deux pays, ainsi qu’aux huiles végétales et à l’huile de tournesol » notant que certains pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie, tels que le Bangladesh et l’Indonésie, étaient « gravement touchés ».

La FAO a également déclaré dans un rapport que l’augmentation du coût des fournitures agricoles telles que les engrais pourrait décourager les agriculteurs d’augmenter la production et d’aggraver la sécurité alimentaire dans les pays pauvres avec des factures d’importation importantes.

    la source :
  • Reuters