SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 29 September 2022, Thursday |

Feux d’artifice pour marquer le premier anniversaire du retour des Talibans

Des feux d’artifice ont illuminé le ciel de Kaboul dans la soirée du mardi 30 août, premier anniversaire du retrait des forces américaines d’Afghanistan, à l’occasion de ce que les talibans décrivent comme le « jour de la liberté ».

Le retrait, qui s’est achevé une minute avant minuit, heure locale, le 30 août 2021, a eu lieu alors que le pays détruit par la guerre tombait aux mains des talibans.

Avant cela, les talibans ont lancé une insurrection de 20 ans contre les forces dirigées par les États-Unis qui ont envahi l’Afghanistan en octobre 2001, à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

« Il y aura des feux d’artifice différents et magnifiques à l’occasion de la Journée de la liberté », a déclaré plus tôt mardi le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid. Les feux d’artifice ont été accompagnés de tirs en l’air dans de nombreux quartiers de Kaboul.

Le ministère du Travail a indiqué que le gouvernement taliban avait déclaré le mercredi jour férié officiel à cette occasion.

Le commandant du Commandement central américain avait déclaré à l’époque que le départ des forces américaines était lié à « beaucoup de chagrin », et que Washington et ses alliés de l’OTAN avaient dû se retirer dans l’urgence, ne s’attendant pas à ce que les talibans prennent le contrôle du pays aussi rapidement.

Les États-Unis ont achevé leur retrait militaire d’Afghanistan après un immense pont aérien chaotique qui a coûté la vie à 13 soldats américains et laissé derrière eux des milliers d’Afghans et des centaines d’Américains qui cherchent toujours à échapper au pouvoir des talibans.

Certains ont depuis réussi à partir, mais un grand nombre reste en Afghanistan, où les talibans cherchent à former un gouvernement pleinement opérationnel et reconnu par la communauté internationale.

Les talibans sont également confrontés à une insurrection menée par une filiale de l’État islamique en Afghanistan.

    la source :
  • Reuters