SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 January 2023, Monday |

France … Des surprises au premier tour des élections régionales

Les élections pour le premier tour des régions et des provinces en France, qui ont eu lieu dimanche, ont été contre toute attente.

Les résultats du Rassemblement national d’extrême droite français dirigé par Marine Le Pen ont été inférieurs aux attentes, avec une très forte abstention, selon les premières estimations, dans un mérite qui constitue un test préliminaire à un an de l’élection présidentielle.

Les résultats du parti d’extrême droite, qui s’est présenté au tour décisif de l’élection présidentielle de 2017, ont été inférieurs aux attentes et aux élections locales qui se sont tenues en 2015, où il était arrivé en tête dans six régions, selon les estimations.

Thierry Marnier est le seul candidat de droite à avoir réussi à arriver en tête du premier tour dans une seule région, Provence-Alpes-Côte d’Azur (sud), selon des estimations qui font état d’une concurrence sévère entre lui et le président de droite sortant de la région, Renaud Muselier. « Nous sommes allés au-delà de toutes les espérances dans la région », a déclaré M. Muselier qui est Un membre du parti républicain de droite.

Marine Le Pen s’est dite déçue que les électeurs de son parti ne se soient pas déplacés pour voter, les appelant à se rendre en nombre au second tour dimanche prochain. Et elle a estimé que « les électeurs par leur boycott important ont laissé le champ libre aux candidats élus sortants pour rester à leur poste. » Toutes les personnalités politiques se sont inquiétées du taux très élevé de boycott des élections organisées en pleine pandémie. La première session a été reportée d’une semaine car les mesures sanitaires empêchaient les rassemblements et les déplacements entre les domiciles, et les candidats se sont contentés de faire le tour des marchés pour distribuer des tracts en portant des masques. Les rares rencontres avec les électeurs ont donné lieu à quelques incidents dans un pays où les tensions sociales ont été exacerbées par la crise sanitaire. On a également constaté une pénurie de bulletins de vote, ou encore que certains bureaux n’ont pas ouvert leurs portes à temps.

De manière générale, les responsables sortants sont arrivés en tête, dans une tendance qui renforce les chances du Parti républicain et du Parti socialiste d’affronter l’Assemblée nationale et le parti présidentiel « La République En Marche » , qui ne dispose pas d’une base locale solide. Dans la région Hauts de France (nord), le président de région sortant, Xavier Bertrand, qui se présente désormais à la présidentielle de 2022, a une large avance sur le candidat du Rassemblement national Sébastien Chaunot, alors que les enquêtes d’opinion prévoyaient une forte concurrence entre eux.

Les médias français ont souligné que le parti « La République en marche » du président Emmanuel Macron n’a pas non plus obtenu de bons résultats, et le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a admis que « c’était difficile. »

À son tour, le chef du parti Les Républicains, Christian Jacob, a estimé que cette élection est un « terrible échec du gouvernement. » Les écologistes n’ont pas non plus réalisé de bons scores après avoir obtenu d’excellents résultats dans les grandes villes lors des élections municipales de 2020. Ce premier tour des élections de quartier et de district a connu un taux de boycott très élevé, compris entre 66,5 et 68,6 %, selon les estimations des instituts de sondage, soit un niveau A qualifié de « très inquiétant » par le ministre de l’Intérieur Gerald Darmanin dans un tweet. »