SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

France… L’Iran doit divulguer ses matériaux nucléaires secrets

Le ministère français des Affaires étrangères a appelé l’Iran à fournir des explications complètes à l’Agence internationale de l’énergie atomique concernant la découverte de matériaux nucléaires secrets, notant que le directeur général de l’agence présentera un rapport sur la coopération de l’Iran au milieu du mois.

Le ministère français des affaires étrangères a également exigé que l’Iran reprenne sans délai sa coopération avec l’Agence de l’énergie atomique.

Le mois dernier, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont exprimé leur profonde inquiétude au sujet des rapports de l’Agence internationale de l’énergie atomique, qui ont confirmé que l’Iran avait produit pour la première fois de l’uranium métal enrichi d’une pureté fissile allant jusqu’à 20 %, et porté la capacité de production d’uranium enrichi à 60 %.

Dimanche dernier, le président iranien a nommé un nouveau directeur de l’Organisation de l’énergie atomique du pays, remplaçant le plus éminent scientifique nucléaire du pays par un ministre qui n’a aucune expérience dans le domaine de l’énergie nucléaire mais qui a des liens avec le ministère de la défense, selon la télévision d’État iranienne.

Le président iranien extrémiste nouvellement élu, Ebrahim Raissi, a choisi Mohammad Eslami, un ingénieur civil de 64 ans qui supervisait auparavant le réseau routier du pays, pour diriger le programme nucléaire civil de l’Iran et servir en tant que l’un de plusieurs vice-présidents.

Eslami succède à Ali Akbar Salehi, un universitaire formé aux États-Unis qui a été un acteur majeur pendant les années intenses de diplomatie internationale qui ont abouti à l’accord nucléaire historique de Téhéran avec les puissances mondiales en 2015.

De son côté, le président iranien Ebrahim Raissi a déclaré samedi dernier que l’Iran était prêt à discuter avec les puissances occidentales pour relancer l’accord nucléaire de 2015, mais pas sous la « pression » occidentale, ajoutant que Téhéran cherchait des négociations qui mèneraient à la levée des sanctions américaines.

Il convient de noter que depuis avril dernier, les négociations nucléaires ont commencé à Vienne avec la participation indirecte de l’administration américaine, mais après 7 cycles de discussions, ils ne sont pas parvenus à relancer l’accord signé en 2015, et se sont arrêtés le mois dernier (Juillet) au milieu d’une atmosphère de divergences persistantes sur un certain nombre de questions fondamentales .

L’Iran construit deux installations nucléaires pour aider son seul réacteur de 1 000 mégawatts dans la ville portuaire de Bushehr, dans le sud du pays, qui a été mis en service avec l’aide de la Russie en 2011.

Dans le cadre de son plan énergétique à long terme, l’Iran vise à atteindre 20 000 mégawatts d’électricité à partir de l’énergie nucléaire.

    la source :
  • alarabiya