SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Grossi avertit l’Iran : Il n’y aura pas d’accord à Vienne sans coopération avec l’AIEA

L’Iran continue de tergiverser et de mettre des obstacles à la conclusion d’un accord pour résoudre le dossier nucléaire controversé lors des négociations de Vienne. Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Grossi, a déclaré dimanche qu’un accord nucléaire avec l’Iran ne peut être conclu à Vienne sans sa coopération claire et transparente avec l’Agence internationale de l’énergie atomique AIEA.

Les déclarations de Grossi ont été faites dans une interview accordée au journal « Israel Today », où il a souligné que « l’Iran doit travailler de manière transparente avec l’agence afin de parvenir à un accord nucléaire. »

Il a ajouté : « Lors de ma dernière visite à Téhéran, début mars, un accord majeur n’a pas été conclu, mais il a été convenu de la transparence sur les questions en suspens. »

Grossi a déclaré que « sans un accord et une coopération entre l’Iran et l’Agence internationale de l’énergie atomique, il est difficile de parvenir à un accord global qui relance l’accord nucléaire de Vienne », notant : « Nous voulons que l’Iran coopère. »

Et le directeur général de l’AIEA a révélé que « la semaine prochaine, l’Iran fournira la première série d’informations et celles-ci pourront être examinées. »

L’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré avoir découvert des pièces nucléaires et des traces d’uranium enrichi dans trois régions différentes de l’Iran, dont l’existence n’a pas été signalée à l’agence.

À l’époque, l’agence avait exigé que l’Iran fournisse des réponses convaincantes sur ces activités nucléaires secrètes.

« Ce dont j’ai besoin, c’est que l’Iran coopère avec nous et donne toutes les réponses nécessaires », a déclaré Grossi dans l’interview. « Je ne doute de personne, mais je veux tout contrôler ».

Il a ajouté : « J’ai dit clairement aux Iraniens que si vous voulez revenir à la normalité, vous devez être transparents dans la coopération avec l’AIEA et répondre clairement », soulignant que la relance de l’accord nucléaire de 2015 donne la capacité à l’agence de superviser les activités nucléaires de l’Iran.

Les négociations nucléaires entre l’Iran et le groupe 4+1 sont au point mort depuis le 11 mars, malgré les déclarations répétées sur les progrès réalisés dans les négociations nucléaires.