SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 November 2022, Wednesday |

Grossi : Nous sommes préoccupés par les activités nucléaires secrètes de l’Iran

L’Agence internationale de l’énergie atomique s’est inquiétée samedi de la présence d’activités et de matériaux nucléaires non déclarés sur les sites nucléaires iraniens.

« Nous sommes préoccupés par la présence de matériaux nucléaires non déclarés sur les sites nucléaires iraniens », a déclaré le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, dans des déclarations aux médias.

Il a souligné que la relance de l’accord nucléaire dans le cadre des négociations de Vienne est une « question compliquée », ajoutant : « Mais nous ferons un effort dans ce contexte ».

Il a ajouté : « Aucun accord nucléaire ne sera conclu sans l’engagement de l’Iran et la coopération de toutes les parties, et nous sommes préoccupés par la présence de matériaux nucléaires non déclarés dans les installations iraniennes. »

Les négociations nucléaires

En ce qui concerne les négociations nucléaires de Vienne, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré que « les pourparlers sur le nucléaire iranien sont sur la bonne voie, et l’agence travaille dur pour parvenir à un accord lors des discussions de Vienne. »

Il a poursuivi : « Jusqu’à présent, aucun accord n’a été conclu sur le programme nucléaire iranien, mais nous ne sommes pas déçus. Il y a encore des difficultés, mais nous devons essayer de les résoudre une par une, et nous suivons de près l’évolution de la situation et attendons », soulignant : « Nous sommes des diplomates ».

Grossi a également souligné que « les discussions se situent maintenant au niveau politique et de ce que les parties négociantes veulent politiquement, et la question importante est de savoir si un retour à l’accord de 2015 est possible ou non. »

Au cours des deux dernières années, Téhéran a réduit sa coopération avec l’AIEA, empêché ses inspecteurs d’accéder aux sites nucléaires et suspendu le protocole additionnel.

L’Iran a également augmenté de manière significative ses réserves d’uranium à faible concentration, construit des centrifugeuses avancées et fabriqué de l’uranium métallique, en violation de ses obligations dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015 avec les grandes puissances internationales.

Les discussions de Vienne approchent d’une étape importante mais difficile après 7 semaines de négociations ; Alors que les principales questions n’ont pas encore été résolues.

Il est prévu de commencer cette semaine un nouveau cycle de négociations nucléaires à Vienne entre l’Iran et les puissances internationales, y compris les États-Unis, dans le but de parvenir à un accord qui relancerait l’accord nucléaire.

Dans un contexte connexe, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdullahian, a déclaré, samedi, que son pays avait informé les États-Unis, par l’intermédiaire de médiateurs, qu’ils devaient prouver leur bonne foi de manière pratique.

Abdullahian a ajouté, selon ses déclarations depuis Téhéran, qui ont été suivies par le correspondant d' »Al-Ain News », que « les Etats-Unis doivent lever les sanctions de manière pratique et tangible pour prouver leur bonne volonté. »

Il a estimé que « ce qui se passe actuellement est une bonne chose, mais ce n’est pas suffisant, et nous devons assister à des mesures pratiques sur le terrain », notant que « ce qui nous préoccupe au sujet de la levée des sanctions dans les négociations de Vienne, ce sont les garanties de la partie adverse, et nous poursuivons nos efforts pour obtenir des garanties réelles et il y a une compréhension en partie de cette question ».