SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 2 December 2022, Friday |

Inquiétude américano-européenne concernant le retard de l’Iran dans le retour aux négociations nucléaires

Les Etats-Unis et trois puissances européennes ont convenu vendredi lors de consultations à Paris que l’Iran devrait rapidement reprendre les négociations nucléaires, a indiqué le département d’Etat, dans un contexte d’inquiétude croissante face aux retards.

Le porte-parole du département d’Etat américain, Edward Price, a déclaré que l’envoyé américain en Iran, Rob Mali, s’était entretenu avec ses homologues britannique, français et allemand sur la façon dont la diplomatie continue de « fournir la voie la plus efficace » à l’Iran.

« Nous sommes unis dans la croyance que les négociations devraient reprendre à Vienne dès que possible, et reprendre précisément là où elles se sont laissées après le sixième round », a déclaré Price aux journalistes à Washington.

L’Iran et six grandes puissances (les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie, la Chine et l’Allemagne) ont conclu un accord en 2015 sur le programme nucléaire de Téhéran, qui a permis la levée de nombreuses sanctions contre Téhéran, en échange de la restriction de ses activités nucléaires et de la garantie de la paix de son programme.

Cependant, les effets de l’accord ont été annulés depuis que les États-Unis s’en sont retirés unilatéralement en 2018 sous l’ancien président Donald Trump, qui a réimposé des sanctions sévères contre Téhéran.

Près d’un an après le retrait des États-Unis de l’accord, l’Iran est progressivement revenu sur la mise en œuvre de la plupart de ses engagements fondamentaux.

Les forces toujours dans l’accord, avec la participation indirecte des États-Unis, ont entamé des pourparlers à Vienne cette année dans le but de relancer l’accord, après que le nouveau président américain Joe Biden a indiqué sa volonté de lui rendre son pays.

Les parties concernées ont tenu six séries de pourparlers entre avril et juin, sans fixer de nouvelle date pour leur reprise.

Rob Mali est à Paris après une tournée dans le Golfe qui l’a emmené en Arabie Saoudite, au Qatar et aux Emirats Arabes Unis.

Le ministère Français Des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que les pourparlers se dérouleraient à un « stade critique » à un moment où la France et d’autres pays restent prêts à reprendre les pourparlers de Vienne.

« En attendant, il est urgent et essentiel que l’Iran cesse ses violations dangereuses sans précédent » de l’accord nucléaire, poursuit le communiqué, appelant l’Iran à reprendre sa pleine coopération avec l’AIEA « sans délai ».

Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, s’est dit préoccupé mardi par le fait qu’il ne pourrait pas rencontrer de hauts responsables iraniens, contrairement à un accord conclu le 12 septembre entre l’AIEA et l’Iran.

À ce moment-là, l’AIEA a conclu un accord avec Téhéran sur un nouveau compromis sur la surveillance du programme nucléaire iranien, ravivant l’espoir que les pourparlers de Vienne, qui sont au point mort depuis que le gouverneur infâte Ibrahim Raïssi a été élu président de l’Iran en juin, pourraient reprendre.