SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 4 October 2022, Tuesday |

Iran : Israël crée les conditions nécessaires à sa propre destruction

Aujourd’hui, vendredi, le commandant des Gardiens de la Révolution iranienne, « Hossein Salami », a estimé qu’Israël prépare les conditions nécessaires à sa propre destruction, lors d’une marche à l’occasion de la célébration de la Journée d’Al-Qods.

Le nouveau missile de fabrication locale, le Khaybar Shekan, est apparu lors de la célébration.

La télévision d’État a rapporté que des millions d’Iraniens ont participé à des rassemblements organisés par l’État dans tout le pays pour célébrer la Journée d’Al-Qods, montrant des clips de l’incendie du drapeau israélien et des groupes de personnes scandant le slogan « Mort à l’Amérique, mort à Israël ».

Le président Ebrahim Raissi, des chefs de l’armée et des hauts fonctionnaires ont également participé à ces rassemblements. Le gouvernement a autorisé les rassemblements de rue pour la première fois depuis le déclenchement de la pandémie de Corona il y a deux ans.

En outre, Salami a déclaré, s’adressant à Israël lors de la célébration de la Journée d’Al-Qods à Téhéran : « Arrêtez vos mauvaises actions. Vous savez très bien que nous sommes un peuple d’action et de réaction. Nos réactions sont douloureuses. Vous créez les conditions de votre destruction. Nous ne vous laisserons pas. Attendez-nous. »

Israël, qui n’est pas reconnu par l’Iran, menace depuis longtemps d’une action militaire contre Téhéran si les pourparlers entre ce pays et les puissances mondiales pour freiner les activités nucléaires de l’Iran échouent, alors que Téhéran affirme que ses ambitions nucléaires sont pacifiques.

En février, l’Iran a révélé le missile Khaybar Shekan, qui a une portée de 1 450 km.

L’Iran affirme que ses missiles balistiques peuvent atteindre une portée de 2 000 km et peuvent atteindre Israël et les bases américaines dans la région.

Au cours de l’année écoulée, l’Iran et les États-Unis ont tenu des discussions indirectes à Vienne dans le but de relancer l’accord nucléaire de 2015, dont l’ancien président américain Donald Trump s’est retiré en 2018 et dont l’Iran a commencé à violer les termes en 2019.

    la source :
  • Reuters