SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 May 2022, Friday |

Iran : La conclusion d’un accord final dans le cadre des négociations de Vienne dépend des décisions des autres parties

Une source iranienne informée a déclaré que si les autres parties prennent les décisions nécessaires après leur retour dans leur pays, il sera possible de progresser plus rapidement vers l’accord.

L’agence de presse IRNA a cité la source selon laquelle, étant donné l’importance des questions restantes et la nécessité de prendre des décisions politiques, il a été convenu que les délégations retourneraient dans les capitales pour des consultations.

La source a indiqué que le huitième cycle de négociations reprendra après cette courte pause, expliquant que les discussions en général ont été constructives et ont enregistré des progrès.

Les médias iraniens ont déclaré que le huitième cycle des pourparlers de Vienne sera suspendu pendant environ une semaine, à partir de samedi.

Vendredi, la délégation de l’Union européenne a annoncé la suspension des négociations de Vienne sur le programme nucléaire iranien pour des consultations, appelant les différentes parties concernées à prendre des « décisions politiques. »

Enrique Mora, le coordinateur européen des négociations de Vienne sur la relance de l’accord nucléaire avec l’Iran, a écrit sur Twitter : « Les participants vont retourner dans leurs capitales pour des consultations et recevoir des instructions en vue de leur retour la semaine prochaine. Les décisions politiques doivent être prises maintenant. »

Les négociations ont débuté en avril dernier à Vienne et ont repris fin novembre après une interruption de cinq mois.

En avril dernier, Téhéran et les six puissances mondiales ont commencé à discuter des moyens de sauver l’accord nucléaire qui s’est effondré en 2018, après que l’ancien président américain Donald Trump en a retiré les États-Unis, incitant Téhéran à violer les restrictions qu’il contient en matière d’enrichissement d’uranium l’année suivante.

Mais les discussions sont au point mort depuis l’élection en juin du président iranien conservateur Ebrahim Raissi, qui devrait adopter une ligne dure lorsque les pourparlers reprendront à Vienne.

Les huit cycles de discussions qui ont eu lieu jusqu’à présent ont été indirects, les diplomates européens communiquant principalement avec les responsables américains et iraniens, car l’Iran refuse de communiquer directement avec les États-Unis.