SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 19 September 2021, Sunday |

Iran: Les positions de l’AIEA nuisent aux négociations sur le nucléaire

Aujourd’hui, Mercredi, le président iranien Ibrahim Raisi a critiqué les positions de l’Agence internationale de l’énergie atomique, quelques heures après qu’un récent rapport a confirmé que Téhéran n’avait pas coopéré et entravé le travail de l’agence.

Lors d’un entretien téléphonique avec le président du Conseil européen, Charles Michel, il a déclaré que « les positions non constructives de l’AIEA sapent les pourparlers nucléaires », selon ce qui a été rapporté par la chaîne de télévision iranienne Al-Alam.

Il a également souligné que son pays est transparent sur ses activités nucléaires, ajoutant que les relations irano-européennes « ne devraient pas dépendre de la volonté de forces agissant unilatéralement » afin de les renforcer et de les faire progresser.
rapport fortement formulé

Cette position iranienne est intervenue après un rapport fortement formulé de l’agence mardi, dans lequel elle a confirmé que ses missions de surveillance sur le sol iranien étaient « sérieusement entravées » après que Téhéran a suspendu certaines inspections de ses activités nucléaires.

Le rapport indique également que depuis février 2021, les activités de vérification et de surveillance sont sérieusement entravées, à la lumière de la décision de l’Iran de cesser de mettre en œuvre ses engagements nucléaires contenus dans l’accord de 2015 avec les grandes puissances internationales.

Une source diplomatique a prévenu l’AFP que les équipements de surveillance, qui sont normalement entretenus tous les trois mois, pourraient ne plus fonctionner.

Il est à noter qu’en février dernier, l’Iran a suspendu certaines inspections de l’AIEA, en réponse au refus des États-Unis de lever les sanctions à son encontre, et a également limité l’accès de l’agence à des équipements de surveillance tels que des caméras.

Ceci est intervenu après qu’elle ait d’abord conclu un accord temporaire avec l’AIEA en vertu duquel elle s’engageait à conserver les archives provenant de ces équipements dans le but de les remettre à terme à l’Agence.

Mais l’accord entre les deux parties a expiré le 24 juin et depuis cette date, Téhéran n’a « pas du tout communiqué avec l’agence à ce sujet », selon le rapport.

Il est à noter que ce rapport coïncide avec la poursuite de l’impasse dans les pourparlers nucléaires qui ont commencé à Vienne en Avril dernier, entre les représentants de l’Iran et des pays occidentaux, sans parvenir à un résultat pour relancer l’accord conclu en 2015, et peut également entraver sa reprise après qu’il s’est arrêté pendant plus de deux mois (depuis Juillet dernier).

    la source :
  • alarabiya