SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 30 September 2022, Friday |

Iran : Manifestations dans les rues et colère sur les médias sociaux

Les manifestations se sont poursuivies en Iran dimanche, et le hashtag #mahsaamini est devenu l’un des hashtags les plus populaires sur Twitter en langue persane, alors que les Iraniens continuent d’exprimer leur colère après la mort d’une jeune femme alors qu’elle était détenue par la police des mœurs chargée de faire respecter les règles strictes du port du voile.

Amini, 22 ans, est décédée vendredi après être tombée dans le coma à la suite de son arrestation à Téhéran en début de semaine dernière, mettant en lumière les droits des femmes en Iran.

La police a démenti ce qui a été évoqué sur les médias sociaux concernant cette agression, et a déclaré qu’elle était tombée malade alors qu’elle attendait avec d’autres personnes au poste de police des mœurs vers lequel elle avait été transférée.

Des vidéos mises en ligne ont montré des centaines de manifestants se rassemblant dimanche autour de l’université de Téhéran, scandant « Femmes, vie, liberté. »

Reuters n’a pas été en mesure de vérifier ces images.

Ces derniers mois, des appels ont été lancés aux femmes pour qu’elles retirent leur voile, malgré une campagne stricte des autorités contre les « comportements immoraux ».

Un hashtag qui ne cesse de croître

Le hashtag persan #mahsaamini a été échangé 1,63 million de fois sur Twitter jusqu’à présent.

Amini est originaire du Kurdistan, qui a été le théâtre de manifestations samedi, dont certaines lors de ses funérailles dans sa ville natale de Saqqez. Les Gardiens de la révolution iraniens ont longtemps réprimé les troubles au sein de la minorité kurde.

Les manifestations de Saqqez ont été réprimées par la police. Des vidéos mises en ligne montrent au moins un homme blessé à la tête. Reuters n’a pas été en mesure de vérifier l’authenticité de ces clips.

Behzad Rahimi, député de Saqqez, a déclaré à l’agence de presse semi-officielle Iranian Labor News Agency que plusieurs personnes avaient été blessées lors des funérailles et que « l’une d’entre elles avait été transférée à l’hôpital de Saqqez après avoir été touchée par des balles au niveau de son estomac ».

L’organisation kurde de défense des droits de l’homme a déclaré que 33 personnes avaient été blessées à Saqqez. Reuters n’a pas pu vérifier ce chiffre de manière indépendante.

    la source :
  • Reuters