SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 28 January 2023, Saturday |

Iran.. Retrait d’un candidat à la présidence 48 heures avant le début du vote

Les médias iraniens ont rapporté mercredi que Mohsen Mehr Alizadeh, l’un des candidats réformistes de l’Iran à l’élection présidentielle iranienne, avait retiré sa candidature environ 48 heures avant l’ouverture des bureaux de vote.

L’agence de presse officielle IRNA a rapporté que Mehr Alizadeh, 64 ans, avait retiré sa candidature, sans fournir plus de détails.

Un porte-parole de la campagne Mehr Alizadeh a confirmé le retrait, a déclaré l’agence de presse esna, ajoutant qu’un communiqué serait publié « dans les prochaines heures ». Le nombre de candidats à l’élection présidentielle, qui se tiendra le 18 juin, tombe à six.

La liste des candidats éligibles par le Conseil des gardiens était composée de sept réformistes (Mehr Alizadeh et Abdel Nasser Hamti, l’ancien gouverneur de la Banque centrale), ainsi que de 5 conservateurs invétéraux, notamment le chef de la justice Ibrahim Raisi, qui semble être le plus susceptible de remporter les élections.

Il est peu probable que le retrait affecte le processus électoral, car les sondages d’opinion publiés au cours de la dernière période ont donné à Mehr Alizadeh le plus faible pourcentage de voix.

Les derniers chiffres du Sondage du Center for Public Opinion auprès des étudiants iraniens (ESPA) ont montré que le pourcentage de ceux qui ont déclaré voter pour Mehr Alizadeh est resté inférieur à 1%.

Mehr Alizadeh a été vice-président pendant le deuxième mandat du réformiste Mohammad Khatami (2001-2005), et a pris sa retraite des affaires publiques après avoir été gouverneur d’Ispahan (centre) en 2017-2018. Il se présente à l’élection présidentielle de 2005, remportant moins de cinq pour cent des voix.

L’élection intervient dans un contexte de grave crise économique et sociale en Iran, principalement en raison des sanctions réimposées par les États-Unis à partir de 2018, à la suite de la décision de l’ancien président Donald Trump de se retirer unilatéralement de l’accord sur le programme nucléaire de Téhéran.

Les quelques sondages réalisés au cours de la période écoulée prévoyaient un taux de participation de 40%, le dernier tour de scrutin en République islamique (les élections législatives de 2020) avec un taux d’abstention record de 57%.