SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 24 September 2021, Friday |

Kais Saied révèle des dossiers de corruption et menace leurs auteurs

Hier jeudi, le président tunisien Kais Saied a révélé les dossiers de corruption de personnes dont il n’a pas révélé les noms, notamment un avocat et un député au parlement, et s’est engagé à les poursuivre et à récupérer l’argent du peuple tunisien.

Le Président tunisien a déclaré, lors de sa réception au Palais de Carthage, le bâtonnier de l’ordre national des avocats tunisiens (ONAT), Maître Ibrahim Bouderbela, le secrétaire général de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH), Bachir Laâbidi, et le vice-président de la Ligue, Bassam Trifi, qu’il avait des informations documentées sur les propriétés de certains personnes, notamment l’épouse d’un avocat, qui est au chômage, et qui possède une fortune estimée à 100 millions de dinars, et des biens immobiliers dans des lieux et des quartiers prestigieux, tandis qu’un représentant au Parlement aux pouvoirs suspendus possède 1500 millions de dinars, notant que certains de ceux qui sont touchés par les mesures de prudence « font du chantage à des personnes et des hommes d’affaires de Tunisie et de l’extérieur, et ils sont également impliqués dans des crimes moraux.

Le Président Saied a également déclaré qu’il avait des preuves qu’une personne, qui occupait un poste dans l’Etat à une époque antérieure, était impliquée dans la destruction de documents importants, et vendait un passeport tunisien pour 100 000 dinars.

Dans une déclaration aux médias de la Présidence de la République, le Président de l’Etat a souligné, par ailleurs, qu’ « il n’y a pas de possibilité de retour en arrière », réitérant qu’il est fermement décidé à poursuivre la même approche, à ne pas violer les droits de l’homme, à respecter les libertés, notamment la liberté d’expression et de manifestation, et à rejeter le marchandage, le chantage, l’injustice et toute transgression de la loi par quiconque et quelle que soit sa position.

Le Président de la République a déclaré qu’ « il n’y a de dignité pour les Etats qu’avec la dignité de leurs citoyens et citoyennes », notant que « la loi affrontera les corrompus et tous ceux qui tentent de manipuler l’Etat et de trafiquer les conditions des jeunes et leurs aspirations au travail, à la liberté et à la dignité. »

    la source :
  • RT