SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 20 September 2021, Monday |

La colère en Irak après qu’il a été révélé que les victimes iraniennes avaient reçu des allocations financières

Un état de colère s’est propagé dans les cercles officiels et populaires en Irak, après qu’il a été révélé que les allocations financières pour les Iraniens décédés étaient versées par la Fondation des martyrs irakiens.

L’ambassadeur iranien à Bagdad, Iraj Masjedi, a révélé que les Iraniens décédés étaient couverts de privilèges et qu’ils recevaient des salaires financiers mensuels de la Fondation des martyrs irakiens, suscitant une controverse et une colère généralisées sur les réseaux sociaux.

Au cours d’une session de dialogue, Masjedi a confirmé que les victimes iraniennes de la guerre avec l’Etat islamique sont enregistrées auprès de la Fondation des martyrs irakiens.

Masjedi a déclaré: « L’Iran a soutenu la partie irakienne, et un certain nombre d’Iraniens ont été martyrisés sur le sol irakien, et leurs noms sont enregistrés auprès de la Fondation des martyrs irakiens.  »

Des militants et des blogueurs ont exprimé leur colère et leur étonnement face à l’inclusion des Iraniens dans les privilèges du département de la Fondation des Martyrs.

D’autant plus qu’il comporte un certain nombre de privilèges, tels que: des parcelles de terrain, la possibilité de nomination dans les services de l’Etat, ainsi que des salaires mensuels, et une rémunération colossale.

Des citoyens irakiens se sont demandé pourquoi les Iraniens avaient inclus les privilèges du département de la Fondation des martyrs, en raison de leur assassinat en Irak, lors de leur combat contre l’Etat islamique, malgré la présence d’un certain nombre de morts – également – des soldats des forces de la coalition internationale, qui ont été tués, lors de leur participation à la guerre contre l’organisation extrémiste.

Pour sa part, le Département des martyrs et des victimes du terrorisme de la Fondation a précisé que « la loi n° 2 de 2016 sur la Fondation des martyrs inclut les martyrs irakiens et non irakiens ».

Le directeur du département, Tariq Al-Mandalawi, a ajouté, dans un communiqué de presse, que « l’institution a enregistré les noms d’Iraniens, qui ont été exécutés par le régime Baas par des étudiants de Hawza et d’autres, ainsi que des conseillers et des combattants iraniens qui ont combattu. avec l’Irak contre ISIS.  »

Il a poursuivi: « Ils sont couverts par la loi de l’institution comme une sanction pour leur loyauté et leur position contre les opérations terroristes en Irak et leur défense des lieux saints. »

La Fondation des martyrs irakiens fournit des soins et un soutien aux familles des martyrs, les dédommage financièrement et moralement, et offre des opportunités de travail et d’études, en leur donnant la priorité.

Les rapports indiquent que 43 Iraniens, dont 18 officiers, ont été tués pendant la guerre menée par les forces irakiennes contre l’Etat islamique.