SAWT BEIRUT INTERNATIONAL

| 18 September 2021, Saturday |

La Corée du Nord dispose de nouveaux missiles qui pourraient modifier l’équilibre de la puissance militaire

Un expert en missiles et en armes nucléaires a révélé que la Corée du Nord dispose de nouveaux missiles de croisière à longue portée pouvant atteindre des cibles terrestres à 1 500 kilomètres de distance, ce qui impose un ajustement de l’équilibre des forces militaires et politiques dans la région.

Selon un expert en missiles et en armes nucléaires, Vladimir Khrustalov, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) fera partie des quelques pays, tels que les États-Unis d’Amérique, la Russie, la Grande-Bretagne, la Chine et l’Iran, qui disposent d’une arme moderne très efficace, supérieure aux autres types d’armes sur de nombreux plans.

Tout d’abord, cette arme est considérée comme étant uniquement réservée à un nombre limité de pays, sachant que la technologie de fabrication de ce type de missile n’est pas étrangère à la République populaire démocratique de Corée, qui a commencé il y a longtemps à produire des missiles de technologie similaire, à savoir des missiles antinavires. Dans le même temps, l’Iran ami a une grande expérience dans la création de missiles mobiles terrestres qui peuvent atteindre plus de 1 000 kilomètres du lieu de leur lancement.

Deuxièmement, il est difficile de combattre ce type d’arme qui peut être utilisé comme moyen de transport d’armes nucléaires. Bien qu’il semble être une cible facile, il est presque impossible d’intercepter tous les missiles de croisière attaquants, surtout lorsqu’ils évitent de survoler les installations de défense aérienne et exploitent le terrain pour se cacher des anti-radars.

Comme les missiles de croisière volent à basse altitude, la portée de leur détection par les radars terrestres et navals est réduite à quelques dizaines de kilomètres. Sa signature radar est inférieure à celle d’un avion de combat ordinaire, même pour les radars de type « over-the-horizon ».

Troisièmement, il existe des expériences réussies dans l’utilisation des missiles de croisière, que ce soit par les États-Unis et leurs alliés ou contre eux. Par exemple, plusieurs missiles de croisière irakiens primitifs ont survolé les défenses aériennes américaines au Koweït en 2003 en toute impunité. Les Américains ont évité les dommages en raison de la construction incomplète de ces missiles. En 2019, les missiles de croisière ont lancé une attaque réussie contre des installations saoudiennes protégées par des moyens de défense aérienne.

Quatrièmement, la présence de ces missiles contribue à résoudre les problèmes auxquels est confrontée l’aviation nord-coréenne.

Cinquièmement, la République populaire démocratique de Corée ne viole aucune résolution du Conseil de sécurité de l’ONU lorsqu’elle teste des missiles de croisière, car interdire les essais de missiles de croisière reviendrait à interdire l’utilisation des principes physiques de tout engin volant plus lourd que l’air.

Tant que la République populaire démocratique de Corée est en train de créer ce qui devrait dissuader ceux qui pensent l’attaquer, sa possession de missiles de croisière à longue portée est logique, car ce type d’armes rejoint les armes de dissuasion de la République populaire démocratique de Corée, qu’elles soient nucléaires ou non.

Il est très probable que la République populaire démocratique de Corée sera prête à discuter des options de restriction des armements, mais elle ne désarmera pas unilatéralement et ne renoncera pas non plus au développement de ses armes nucléaires, qui est une garantie de réponse aux agresseurs car les armes de dissuasion doivent pouvoir résister à la première frappe en cas de réalisation par l’agresseur, et qui est capable de passer les défenses aériennes de l’ennemi pour atteindre ses installations vitales.